Désillusion...

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Dans mi-moi, il y a une femme ambitieuse qui met toutes les chances de son côté pour évoluer professionnellement.

Et c’est ainsi que cette femme a bûché dur pour réussir un concours où elle a par ailleurs obtenu d’excellentes notes. Et puis elle a offert (soyons généreux) sa candidature à des postes qui lui correspondaient et pour lesquels elle correspondait en retour.

Le dernier en date l’a laissée mi-figue, mi-raisin (toutes ces moitiés de tout et de rien vont finir par la réduire à pas grand-chose). Elle a rédigé une belle lettre de motivation parce qu’elle était très motivée. Et elle a préparé l’entretien sans ménagement parce que c’est sa façon de travailler. Et quand elle a été appelée pour venir un peu en avance au jury, elle a cavalé à toute allure et s’est même recoiffée en marchant parce qu’elle a horreur de faire attendre… Bref, elle a fait le max je vous dis.

 

Alors quand cette partie de mi-moi a appris qu’elle n’avait pas été retenue au motif que sur UNE question elle a été hésitante ce qui n’a pas « rassuré » les membres du jury, elle s’est un peu effondrée.

Bien-sûr, le monde continue de tourner et des choses mille fois plus graves continuent de s’abattre sur les gens. Mais à cet instant, cette femme est égoïste et pleure sur l’injustice de la situation.

Oui, je suis déçue et même en colère. Mais pourquoi ? En raison de tous les sacrifices que j’ai fait pour obtenir ce concours dans ma situation de maman souvent solo? Parce que je travaille dur et que je donne satisfaction (Merci de votre vain dévouement) ? Ou du fait que j’avais les compétences et la motivation pour ce poste ? Ou encore parce que j’ai le sentiment de perdre la face devant mes collègues, ma famille et même mes enfants (ah ben ils ne sont jamais loin) ? Peut-être un peu à cause de tout ça.

Ce n’est au fond qu’une désillusion de plus, un autre métier sans reconnaissance (bah comme celui de maman quoi). Demain je me remets en selle (hihaaa) mais ce soir… eh bien ce soir, je ne suis plus maman ni working girl, je suis une petite fille contrariée et blessée. Na !

 

Publié dans réflexion(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article