Ça gargouille ou ça vous chatouille?

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Ça gargouille ou ça vous chatouille?

Vous avez porté la vie, comme moi, et peut-être avec le même plaisir et le même bonheur que moi. Vous vous souvenez de ces heures passées à attendre de sentir bouger bébé, la main sur le ventre. Et les premiers mouvements perceptibles de l’intérieur où nous nous sommes demandé si c’était bien lui ou seulement une impression.

Alors ça c’était la partie choupinou et mielleuse. Maintenant je vous parle de femme à femmes, de mère à mères (et à pères et à qui me lit).  Et je vous dévoile l’histoire de ces souvenirs qui sont encore tellement vivaces qu’ils vous font parfois ioioter de la crinière (réf : Le Roi Lion). Et si vous avez connu ces doutes, je serais heureuse que vous les partagiez…

Je suis allongée dans mon lit, calme, sereine, quand soudain, un gargouillis. Pas celui qui fait un bruit de chasse d’eau et qui, en public, nous gêne terriblement mais celui qui secoue nos organes en silence et que l’on peut même sentir en posant sa main sur son ventre dodu. Le mouvement est saccadé et renvoie à un souvenir… Eh oui, ça rappelle le coup de pied de bébé. Et une idée se met à germer. Et si… Oh non ! Oh oui !

Je suis encore en âge de procréer (malgré les allusions plutôt directes de mes enfants sur mon grand âge) et malgré une contraception en place et un désir de non-enfant (« c’est moi qui l’ai pas fait »), mon cerveau interprète parfois un vulgaire gargouillis comme une manifestation d’une vie intra-utérine. Envie non avouée ?

Objectivement, je n’ai absolument aucune envie de voir débarquer un quatrième alien chronophage. Je suis comblée et je pense enfin à moi alors non merci. Pourtant, après ressenti de ce gargouillis, mon esprit commence à délirer sec. J’imagine la découverte de cette grossesse surprise, la joie dans les yeux des enfants et de celle de mon homme (non, là c’est carrément du délire), l’accouchement sans péridurale (je frôle l’HO (hospitalisation d’office)), l’allaitement jusqu’à un an…

Hep là !!! On reconnecte !!! Repose ce délire immédiatement et recule de 3 pas. Tout va bien, ce n’est qu’un dérèglement de ton cerveau de femme encore fécondable. Nous allons t’aider.

Ok, je retire ma main de mon ventre, j’ouvre les yeux, secoue la tête et je me reprends. Non mais n’importe quoi moi !!!  pourtant je vous jure (si si, madame, j’vous jure) que je ne veux pas remettre le couvert. Et d’abord j’ai pas assez de chambres et en plus je suis trop vieille à mon goût et puis quand je vois un bébé je suis attendrie mais plus du tout triste ou jalouse. Alors ça c’est pour moi la meilleure preuve que je suis guérie du désir de maternité ! Donc je reprends mes esprits et je m’avoue : c’est pas un bébé qui gigote mais plutôt un gaz, n’est-ce pas Mme Lambeeeeert ? Pas glamour mais tellement plus réaliste, isn’t it ?

Mais l’idée a germé… insidieuse… Bougez pas, je vais quand même aller acheter un test.

Publié dans réflexion(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article