code: secret

Publié le par Raphaëlle Hosteins

 

Chéri a perdu sa carte vitale. Enfin, il ne l’a pas vraiment perdue, il ne la trouve juste plus. C’est pareil ? Oui, bon. Alors chéri s’interroge : qu’est-ce que je fais-je ? (Bien-entendu, il ne parle pas comme ça, hein !). Cherche mon amour ! C’est déjà fait, il a cherché et définitivement, il ne la trouve pas.

Alors, même si chéri est un homme et qu’il ne prend donc rendez-vous chez le professionnel de santé que lorsqu’il lui tombe un œil, il est un peu embêté parce que, justement, son appareil oculaire le démange (mais non ! Ce sont d’autres éléments de son corps qui lui causent des problèmes mais je ne peux pas tout vous dévoiler non plus).

Eh bien voyons ! Il suffit d’en demander une nouvelle à l’administration compétente ! Chouette, je le vois déjà avec une superbe carte verte qui exposerait son merveilleux visage. La classe absolue !

Oui mais comment qu’on fait-on ? Chéri ne va pas perdre de son précieux temps (car les hommes/papas aussi sont très pris) pour s’agacer à attendre dans une agence. Ok, alors par téléphone ? Bah non, nous n’avons même pas essayé parce qu’on s’est judicieusement dit que nous n’obtiendrons rien par voie orale.

Eureka, par internet !!! Ah mais oui, il faut contacter Mélanie… non Emilie… ah, non ! ameli, ameli.fr ! Allons-y let’s go (ooooh Dora ! Qu’est-ce que tu fous là !). Créez votre compte personnel… ok… entrez votre code… pas ok. Quel code ? On n’a pas de code ? Heureusement, ameli nous guide : tapez ici, entrez votre numéro de sécurité sociale. Facile ! Pas pour tout le monde apparemment. Chéri ne connait pas son numéro par cœur et doit donc se lever. Hihihihi. Et là, on vous demande un code. On a beau chercher, on trouve pas. Alors on lance la procédure pour le recevoir (je dis « on » parce que l’homme a souvent besoin de la femme dans ces moments-là, ne serait-que pour rester calme. Ah moins que ce soit la femme qui a besoin de surveiller… bref) et là… surprise ! « Vous recevrez votre code dans les jours à venir, surveillez votre boîte aux lettres ». Grrrrrrrrrrrrrrrrr

Petit aparté : comme je suis une rédactrice consciencieuse, j’ai refait le circuit sur ameli.fr pour ne pas vous raconter tout plein d’idioties. Et là, nouvelle surprise, le site étant actuellement perturbé (ce n’est pas le seul), il propose la version mobile. Je clique, je demande mon code et on me propose de le recevoir par mail. Imaginez un gros smiley yeux exorbités. Rebref.

 

Enfin, quelques jours plus tard (aujourd’hui donc) nous recevons la lettre sur laquelle est inscrit le fameux code hyper secret, hautement confidentiel… Allez, photo !

 

code: secret
 
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, tout ce tralala pour un code à quadruple zéro, ça me fait mi-marrer, mi-grogner. Ah! L’administration !!! Tout un poème !
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, tout ce tralala pour un code à quadruple zéro, ça me fait mi-marrer, mi-grogner. Ah l’administration !!! Tout un poème !Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, tout ce tralala pour un code à quadruple zéro, ça me fait mi-marrer, mi-grogner. Ah l’administration !!! Tout un poème !Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, tout ce tralala pour un code à quadruple zéro, ça me fait mi-marrer, mi-grogner. Ah l’administration !!! Tout un poème !

Publié dans réflexion(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article