Amie, t'y es

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Vous savez que je suis une utilisatrice du réseau social et que j’aime autant m’en servir que m’en moquer. Et si vous êtes comme moi, vous avez ri ou tout au moins souri (et parfois grimacé. Pfff, c’est con con de temps en temps quand même) en lisant une phrase merdique et gnangnan sur l’amitié au-delà du temps et de l’espace. « Les vrais amis blablabla… »

N’empêche que oui, la vraie amitié supporte la distance et le silence. Elle est comme une curieuse bête en sommeil, déshydratée, en plein désert, qui n’attend qu’une goutte d’eau pour se réveiller et reprendre là où elle en était.

Ce soir, j’ai reçu une goutte, une belle goutte qui reflète le soleil et les beaux souvenirs. Elle a fait remonter à la surface tellement de sentiments ! En rejoignant les autres gouttes d’amitié qui ont perlé sur ma vie, elle a fait déborder le vase. Et me voilà flottant sur cet océan d’amour...

Ouh la la !!! Je perds mon lectorat !!! Je deviens guimauve et liquide ! C’est de la faute de ma cousine mais ne lui en veuillez pas, elle a juste fait ressurgir en moi mon côté poète.

Je disais donc que l’amitié, la vraie, la pure et dure, ne juge pas. Enfin, du moins l’amitié basée sur la distance car, tout de même, avouons que nous attendons un peu plus des amis proches.

Je me permets donc une dédicace pour ma cousine, Marlène, qui a été comme une sœur pour moi et que j’aime. Peut-être ne le lui avais-je jamais dit, c’est chose faite.

Et j’ai également une pensée particulière pour ma copine, Stéphanie, qui n’est jamais loin dans mon cœur et dans ma tête mais que je ne contacte pas assez souvent. Elle sait pourtant que je l’aime aussi.

Je ne peux pas citer tout le monde (le voudrais-je ?) mais que chaque personne qui a partagé un moment de ma vie sache qu’elle a une petite place dans mon cœur et/ou dans ma mémoire. C’est ainsi qu’on se construit.

Je ne fais pas de tutos mais je vais être obligée de terminer sur une note moins mielleuse, alors : « Salut bande de salopes, j’vous aime ! ». Oups.

 

Publié dans réflexion(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article