Au pouce et à l'œil

Publié le par Raphaëlle Hosteins

J’avais déjà, quelques fois, honteusement, imaginé voire espéré me blesser pour qu’on s’occupe de moi. Pas gravement évidemment, mais assez pour que je ne puisse plus assurer les tâches quotidiennes et que mon entourage soit contraint de le faire à ma place. Et je serais l’objet de toutes les attentions…

STOP !!!! Alerte, alerte !! Faut te réveiller ma vieille, ça n’arrive pas ça. Il faut assumer, assurer encore et toujours.

Pourtant, c’est arrivé. Enfin, un peu. Un tout petit peu. A force de faire la jeunette en jouant au hand dans une équipe dont la plupart des filles ont 20 ans de moins que moi et contre des équipes dont le seul désir, semble-t-il, est de remplir les hôpitaux, je me suis blessée. Rien de très grave : un pouce. Mais le pouce droit histoire de bien m’emm…

Et je découvre tout à coup toute l’importance d’un seul doigt, en tout cas celui-là, qui sert un peu à tout. Je me trouve donc embêtée quand je dois déboucher, dévisser, couper, pousser le levier de vitesse, faire mes lacets, étendre le linge (en appuyant sur ces p…. de pinces à linge)… C’est enquiquinant, mais pas assez pour que l’on s’occupe de moi.

Et me voilà obligée de quémander l’aide que personne ne m’offre spontanément. Et notamment de la part de mes enfants qui font ainsi des découvertes extraordinaires dans le domaine passionnant des corvées. Numéro 3 ramène la poubelle pour la première fois, numéro 2 apprend à faire la vaisselle et numéro 1 prend sa première leçon de repassage. Des étincelles brillent dans leurs yeux émerveillés… à moins que ce ne soit que le reflet du luminaire.

Je ne vous dis pas que le linge est bizarrement étendu, qu'il reste un peu de gras dans la poêle ou que l'élève a fait le minimum quant au repassage parce que mes petits ont fait tout ça sans râler une fois. Je n'ai pas abusé, ils ont accepté.

Toutefois, au final, j’ai l’impression de n’avoir rien gagné dans l’affaire : je dois toujours m’occuper de presque tout (sauf le week-end, oui chéri, j’avoue que tu es un homme formidable qui participe en bon homme moderne que tu es) avec, en plus, une douleur qui m’empêche de faire ce que j’aime : jouer au hand. Merdouille.

Au pouce et à l'œil
Au pouce et à l'œil
Au pouce et à l'œil

Publié dans mon quotidien de maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Picou 04/04/2017 21:18

Ah. Ca ne marche pas alors?! Zut. Je prends note. Remets toi bien, quand même!

Mimamanmimoi 04/04/2017 21:50

Malheureusement non