Enfant (s) unique (s)

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Les JOlies colonies de vacAAAnces… Numéros 1 et 2 ont choisi, ils sont partis pour 3 semaines en colonie dans les Pyrénées. A eux les randonnées, les booms et les œillades entre ado, les rigolades dans les chambrées et la soupe à tous les repas. Ils sont débarrassés de moi et moi d’eux. Et à moi mon numéro 3.

Pendant que les grands profitent d’être loin, je me retrouve exceptionnellement seule avec ma puce, en tête à tête. Ma patience, si menue, est toute à elle. Mon temps à la maison lui est réservé entier. Moins de bruit, moins de cris, moins de beaucoup de choses et plus de complicité, de regards, de câlins. J’apprécie les moments au moins autant qu’elle je pense car elle n’a pas à partager, à attendre son tour pour parler, à faire des pieds et des mains pour capter mon attention.

On se boit un apéro toutes les deux et on mange devant la télévision. On se baigne entre filles et elle me raconte sa journée… et je l’écoute ! On fait quelques courses et elle monte dans le chariot (bon, elle commence à être lourde à pousser mais ça lui fait tellement plaisir !). Et le week-end, c’est papa et maman qui sont tout à elle : shopping, restaurant, cinéma, plage… la belle vie.

Pour une rare fois dans sa vie, elle est enfant unique et moi je n’ai qu’un enfant. Je n’ai jamais vraiment connu cette situation car j’ai été enceinte de numéro 2 quand numéro 1 a eu 18 mois. 18 petits mois seule avec ma grande qui était toute petite et où j’ai appris à devenir maman. Je ne regrette pas, du tout, mais j’apprécie la douceur de l’instant comme une parenthèse tendre au milieu d’un match de kickboxing.

C’est plaisant mais parce que c’est éphémère. Ma vraie vie à moi c’est une famille pseudo-nombreuse, des disputes et des rires entre frère et sœurs, des punitions, des discussions, des complicités et des efforts des uns pour tirer un sourire chez les autres. Mon bonheur à moi c’est mes 3 enfants autour de chéri qui réclament encore des chatouilles et qui se couchent de l’amour plein les yeux. 

Mon monde à moi, en vérité, ce sont mes 3 enfants uniques.

Enfant (s) unique (s)
Enfant (s) unique (s)

Publié dans mon quotidien de maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article