Exploiter ses enfants sans vergogne, c'est possible

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Exploiter ses enfants : un concept qui permet à l'espèce de se perpétrer (sinon, pourquoi faire des enfants ??).

Ben oui franchement, si on ne peut pas profiter de nos enfants, qu'en retire-t-on de positif ??

 

Avant de poursuivre cet article, je tiens à préciser qu'il est tiré de faits réels mais que, ÉVIDEMMENT, il est imbibé d'humour et de second degré. 

 

Donc oui, je revendique le droit de se servir de sa progéniture. Mais attention d'en faire un usage adapté selon son âge sans quoi on risque des complications. 

 

Il faut donc commencer petit avec des tâches simples : tu peux aller chercher ceci, cela à maman ? Et ne pas hésiter à user de la ruse et de la flatterie avec une voix mielleuse : parce que tu es fooort !!

On peut leur apprendre très tôt à installer le couvert et débarrasser la table. D’abord leur assiette, puis tous leurs couverts, puis les nôtres et les casseroles… Vient un jour où on peut leur demander de faire la vaisselle (mais mieux vaut ne pas être trop à cheval sur le résultat).

Sortir la poubelle ou aller chercher le courrier sont des missions que mon numéro 3, 7 ans, adore. Pour les grands de 12 et 14 ans, il s’agira plutôt d’aller jeter les cadavres du week-end (on parle de bouteilles d’alcool, bien-sûr, on n’est pas la famille Corleone) ou d’acheter du pain. Ça exige de l’autonomie ce qui, pour eux, est une forme de liberté et pour moi, un gain de temps inespéré.

 

Ah oui, les volets ! Chez moi, il y en a beaucoup et il faut sortir pour les détacher, les pousser et ensuite les attacher de l’intérieur. J’aime pas ça mais heureusement, j’ai des enfants.

Installer l’apéro (ils n’hésitent jamais), vider le lave-vaisselle (plus difficile).

Il faut tout de même bien avoir en tête qu’il est extrêmement rare qu’ils le fassent de leur propre initiative et même quand il s’agit de corvées quotidiennes. S’ils peuvent s’y soustraire, ils n’hésiteront pas. C’est une bataille de chaque jour où je finis par gagner… je crois. Donc, oui, il faut répéter encore et toujours mais c’est pour la bonne cause !

 

Et cette année, j’ai atteint  un bon niveau en confiant à numéro 1 la responsabilité de récupérer sa petite sœur à l’école de temps en temps. Quel pied !!! Je vous rassure, j’en profite juste pour m’avancer dans mes corvées à moi quand je ne suis pas juste au boulot, je ne vais pas au spa ou chez la manucure !

 

 

Oui, mes enfants sont exploités mais sans violence. Ils acceptent. Syndrome de Stockholm ? Non, éducation 😉 Et c'est pour leur bien, cela va de soi ! Ils sont ainsi serviables et adaptés à la vie en société. Ils sont débrouillards. Et moi, je souffle…

 

Alors n’hésitez plus, servez-vous d’eux !!!!!

 

Exploiter ses enfants sans vergogne, c'est possible
Exploiter ses enfants sans vergogne, c'est possible
Exploiter ses enfants sans vergogne, c'est possible

Publié dans mon quotidien de maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article