Les couleurs de Venise...

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Il y a d’abord le rose. Partout. Des murs aux toitures. Un rose orangé un peu comme à Toulouse mais en plus léger, en plus love. Beaucoup de bâtiments sont faits de briques rosées qui tranchent avec le vert de l’eau et le bleu du ciel. Et ne dit-on pas que l’on voit la vie en rose quand on est heureux ? C’est une vérité à Venise où les touristes y vont le sourire aux yeux et le bonheur au cœur.

Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...

Il y a le vert de l’eau. Des nuances de verts du plus foncé au plus clair. Et quelques algues qui se cramponnent aux bâtiments, caressées par les ondes et qui dansent au passage des gondoliers, au son de leurs sérénades peut-être. Le vert se fait rare en dehors de l’eau. Quelques jardins privés, cachés des regards par des murs, et 2 parcs publics que nous n’avons pas vus font l’essentiel de la verdure. Quelques rares arbres trônent fièrement au milieu des places, narguant les canaux.  Et de la nature aux fenêtres, par petites touches. Et cette eau pas timide qui taquine les rez-de-chaussée et s’invite partout. Et ne dit-on pas que le vert est couleur de l’espoir ? L’espoir de voir l’amour que l’on célèbre à Venise durer toute la vie !

Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...

Il y a le bleu du ciel au détour d'une ruelle et qui recouvre de sa douceur la ville entière. Et les nuances turquoises de l'Adriatique. Le bleu des yeux de mon amoureux. Et nous deux sous un ciel clément. Pas de bleu à l’âme pour un week-end à part, un week-end à nous.

Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...

Il y aussi le doré. Les mille mosaïques de la basilique Saint-Marc qu’il est interdit de photographier mais qui ravissent les pupilles, et son trésor, le Pala d’Oro, un tableau d’or et de pierres précieuses. Et l’extravagance, le faste et la prétention de Venise dans les dorures des plafonds du palais des Doges. L’or est aussi dans le coucher de soleil, celui que nous aurons admiré, main dans la main, le regard dans la même direction, et dans le silence…

Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...

Et puis le blanc de certaines constructions comme le Ponte di Rialto ou de l’extérieur du Palais. Et le blanc des robes des nombreuses mariées du samedi qui arpentent la ville pour fixer à jamais leur bonheur. La pureté, la candeur pareilles à celles de nos âmes ravies et amoureuses qui croient à nouveau, si elles l’avaient oublié, que l’amour peut triompher de tout.

 

Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...
Les couleurs de Venise...

Les couleurs des façades bigarrées de l’île de Burano (que nous n’avons pas eu le temps de visiter) et celles des œuvres de verre de Murano (que nous n'avons pas pu photographier non plus) achèvent de faire de Venise un souvenir coloré et vivant, joyeux et paisible.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article