Vous n'avez pas fini ! (Les questions aux femmes enceintes)

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Je suis en soirée, un verre à la main, et j’entame la conversation avec une invitée, très enceinte. Après les félicitations d’usage, je pose la question que tout le monde doit lui poser et à laquelle elle doit répondre 17 fois par jour : c’est pour quand ?

Qu’on y mette les formes ou pas (la rencontre est prévue pour quand ? Dans combien de temps doit-il pointer le petit bout de son petit nez mignon ?), la question est la même et la réponse aussi. Puis viennent les suivantes : tu sais ce que c’est ? Sous-entendu : connais-tu le sexe ? Evidemment car normalement c’est un petit d’homme pas un jupitérien ou un croisé de labrador et de perruche (ce qui donnerait un être fidèle, joueur et siffleur mais…). Ou encore, tu as choisi le prénom ?

Bref, quand on croise une femme enceinte, et surtout quand on est maman, on ne peut pas s’empêcher de questionner la malheureuse qui se voit un peu contrainte, sourire aux lèvres, de répondre. Et pire, on se met à lui raconter notre expérience, notre accouchement, nos choix, nos peines…

Je n’y déroge pas. C’est plus fort que nous. Mais je lui fais part de mes réflexions quant au fait qu’elle doit entendre toujours et encore les mêmes questions. Oui, me dit-elle, mais ça ne la dérange pas. Et je la crois sincère.

Et effectivement, la plupart des futures mamans adorent parler de leur futur bébé. Parce que c’est leur projet du moment (comment pourrait-il en être autrement), parce qu’elles le vivent, le ressentent plus puissamment que tout. Et elles aiment qu’on s’y intéresse et elles adorent partager leur vécu, faire part de leurs questionnements.

De la même façon, je me souviens du plaisir que j’avais à repérer le matériel de puériculture, acheter un vêtement, préparer la valisette ou encore entrer dans la chambre, toucher le lit, m’imaginer changer la couche. Mes yeux pétillaient et mon cœur fondait de l’amour qui me submergeait déjà. Et ce bonheur est trop fort pour ne pas être partagé. Il nous étoufferait si nous devions le garder juste pour nous.

Oui, les femmes enceintes, en général, apprécient l’intérêt qu’on leur porte. Et les « anciennes », celles qui ont déjà vécu la félicité de la grossesse, aiment tout autant se replonger dans ce bonheur par procuration. Ainsi, mesdames les futures mamans, vous n’avez pas fini de répéter les mêmes réponses jusqu’à ce que vous passiez de l’autre côté et que vous posiez en retour les mêmes questions. Le cycle de la vie…

#lecycledelavie #cestpourquand #femmeenceinte

Publié dans réflexion(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article