LA solution pour qu'il fasse ses devoirs? Et bien?

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Et si j’avais enfin trouvé LA solution pour que numéro 2 travaille et ramène des notes correctes à la maison ? Ah, j’ai piqué votre curiosité, n’est-ce pas ?

Vous les mamans d’enfants intelligents-mais-qui-sont abonnés-aux-9-et-aux-5 (sur 20, sinon c’est pas drôle), vous vous torturez l’esprit à trouver la bonne idée qui motivera votre collégien (ou primaire, ça commence souvent tôt). Carotte ou bâton ? Cadeau ou punition ? Vous vous énervez après lui ou vous faites ses devoirs presque à sa place. Vous instaurez des règles, l’obligez, le menacez, l’appâtez… et ça ne fonctionne pas tellement mieux !!!

Moi aussi j’ai fait tout ça et plus. Et j’ai compris très vite que l’un des grands problèmes avec les devoirs, c’est qu’il y en a ! … Ah non, ça c’est ce que pense numéro 2. Non, le problème c’est moi. Et ma patience aussi remarquable que l’intelligence des comédiens de télé-réalité.

Je ne supporte pas/plus les comportements du bonhomme et sa nonchalance et son manque de motivation. Quand il me présente un exercice totalement faux, parce qu’il n’a pas lu la leçon avant, je m’énerve. Quand il récite une demie phrase alors qu’il m’avait dit connaitre sa leçon, je fulmine. Bref, les devoirs sont ma corvée et mon comportement stresse mon petit… qui perd ses moyens ou me le fait payer, je ne sais pas. En tout cas, ça n’avance pas et ça finit presque invariablement en cris et en (très) mauvaises notes.

C’est une vieille problématique que j’ai compris très vite. Les récompenses et les punitions ont toujours leur place mais l’essentiel n’est pas là. Il faut à mon fauve une personne calme à ses côtés. Mais croyez-moi, le plus difficile ne fut pas d’analyser la situation et d’en arriver à cette conclusion brillante. Non. Le plus ardu fut de trouver cet accompagnant, cette aide aux devoirs. Mais j’ai trouvé. Eureka. Youpi, tralala.

Bien entendu, vous vous en doutez, cela a un coût. Mais comme dirait une publicité de cartes bancaires : la tranquillité, ça n’a pas de prix et pour le reste, il y a notre compte en banque, dédié quasi totalement aux enfants, comme ceux de tous parents. Et franchement, depuis 2 semaines (ah ben oui, c’est juste le début), la maisonnée est plus sereine et tout le monde apprécie : lui, moi, ses sœurs et même le chat à mon avis.

Deux fois par semaine, pendant 1 heure, j’ai une petite coéquipière de handball (quand je vous disais que c’était un sport formidable !!) qui s’assoit à côté de mon petit récalcitrant et qui lui fait apprendre, répéter, écrire, compléter et tout ce qu’il faut pour que ses devoirs soient faits et apparemment bien faits. Elle est sympa, jeune, dynamique, patiente (comme moi quoi ! A part la patience… et la jeunesse, ok, c’est bon !!!) et le feeling semble être bien passé. Ce qui est absolument nécessaire car l’adolescent doit être acteur et volontaire pour que la mayonnaise prenne.

Alors je le répète, ça ne fait que 2 semaines et il ne faut pas que je m’emballe. N’empêche qu’on y a déjà beaucoup gagné en zenitude et que… roulement de tambours… rapatatamtatatampatatam… Jugez vous-mêmes !!

 

LA solution pour qu'il fasse ses devoirs? Et bien?

Ah, vous l’avez vu ? Il y a un zéro, c’est vrai. « Mais maman c’est parce que j’ai pas rendu mon devoir maison, celui que tu as vérifié quand on était en vacances chez mamy… » Quel dommage !! Mais avant et après le zéro, il y a comme une ENORME différence, non ? J’étais même tellement surprise de ces 3 notes que j’ai vérifié plusieurs fois si je n’étais pas sur la page de sa sœur.

Il se peut que cela ne s’inscrive pas dans le temps mais aujourd’hui je savoure. Et je suis fière d’avoir trouvé la solution qui convient, semble-t-il, à mon fiston parce que malgré ma défaillance, j’ai su me remettre en question, accepter mes limites et mettre en place un palliatif.

Et mon petit est content, très content. cool!

LA solution pour qu'il fasse ses devoirs? Et bien?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article