Le tram: menu du jeudi soir

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Un jeudi à l’heure de la débauche comme tant d’autres. Et le tram vous propose au menu:

  • Le monsieur qui passe et repasse encore devant tout le monde en attendant le tram. Et qui pose sur le sac de cette dame un regard très insistant. Par hasard, elle fait passer son sac de l'autre côté et il y a plus de monde, le monsieur ne bouge plus. Il a peut-être raté le créneau? Et je suis peut-être parano... mais c'est à cette station précisément qu'on m'a volé mon portable il y a quelques mois. 
  • La valise en plein milieu, l'air abandonné contre la barre au centre de la rame. Bon on va passer de l'autre côté de la barre. Ah non, il y a une poussette. Bon, on va se faufiler. Ah non, le monsieur (le marcheur fou de l'arrêt) s'assoit sur le strapontin, bloquant définitivement le passage. Bon ben je vais pousser la valise alors. 
  • La dame qui parle très fort. Mais c'est une personne très polie et respectueuse. Enfin c'est elle qui le dit. Et elle dit aussi à son interlocuteur qu'elle peut comprendre si son appel le dérange (je n'invente rien, promis!). Euh... moi ça me dérange!!

 

En amuse-gueules, nous avons aussi le jeune homme qui mange une glace ou un bol de nourriture déshydratée à la cuillère. J'suis trop loin pour vous donner le détail, désolée. Mais il est tout tranquille.

Pas de musiques trop fortes, le stock est épuisé, j'en ai eu presque tous les jours cette semaine. Et pas d’enfants qui crient, ouf ! Mais j’ai eu ma dose les derniers jours.

 

C'était aussi la semaine des minettes rebelles. Il y a eu celles qui, avant même d'essayer de monter, gueulent à la volée qu'il faut se pousser dans les allées. Avec un air d'ado tout puissant. Certains passagers leur répondent tout aussi gentiment et elles de renchérir: "non mais on vous a pas mal parlé alors nous parlez pas mal!!" Faudra qu'elles prennent des cours de bonne conduite. 

Et il y a eu celle (ben oui, que des filles je vous dis) qui se plante devant la porte, nous gênant pour sortir. Elle râle de ne pas pouvoir rentrer et je me fais un malin plaisir de ne pas me décaler. Et je lui rappelle qu'il faut laisser descendre l'aimable clientèle avant de monter. C'est logique et c'est écrit partout bordel!!! Pardon 😔. Et je ne manque pas de la fusiller du regard. C'est elle qui baisse les yeux. Et toc. 

 

J’ai bien mangé, merci. Un peu indigeste mais supportable. Pas vivement le prochain repas.

 

Le tram: menu du jeudi soir
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans billets d'humeour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article