Seven sisters, le film qui met mes neurones en ébullition

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Un demi week-end en plein milieu de semaine, c’est cool, on apprécie. Surtout que chéri est là. Et quand les grands-parents proposent de garder la marmaille, on a une super occasion de se faire un ciné tous les 2 et on n’hésite pas.

Le seul film qui me tente vraiment et que j’ai envie de voir depuis avant qu’il soit sorti, c’est Seven sisters. Mais on a un peu tardé, vie de famille oblige, et les séances se font désormais rares. Il y en a une à 21h30, un peu tard pour une vieille dame, mais je vous le dis : je ne regrette absolument pas !!!! Et malgré les mangeurs de popcorn que je déteste et qui étaient malheureusement présents aussi, j’en ressors ravie.

La bande-annonce m’avait déjà mise en appétit mais le film en lui-même m’a régalée. Du spectacle, du suspense, un scenario de ceux que j’adore et des surprises jusqu’au bout.

Mais sans vous dévoiler l’histoire, parce que ce serait dommage de ne pas la découvrir au fil du film, j’ai bien envie de vous parler des questions que cela me pose. Car le film repose sur un problème majeur : la surpopulation et ses conséquences pour notre planète. Il s’agit dans ce cas d’une surpopulation pas encore atteinte en réalité mais qui ouvre le débat.

Est-il raisonnable de faire encore autant d’enfants quand les ressources de la terre ne suffisent plus ? Soit on fait moins d’enfants, soit on apprend à consommer autrement. Evidemment. En théorie. Mais en sommes-nous capables ? Et à l’échelle individuelle, que faisons-nous pour participer à la résolution de ce problème ? Pour ma part, les enfants sont faits, je ne vais pas revenir en arrière (même si, parfois, on aimerait bien… bah, je plaisante !). Il me reste l’option de consommer plus responsable. J’aimerais. On s’est d’ailleurs posé la question très sérieusement, les grands et moi, il y a quelques jours. Je ne suis malheureusement pas assez investie à ce jour mais la réflexion s’intensifie.

Le film Seven sisters me conduit à une autre interrogation. Privilégier l’individu, sa propre histoire, sa famille, sa petite vie… ou s'effacer, se nier pour plus grand, l’humanité, la terre ? Ainsi posée, la réponse semble évidente : il nous faut penser aux générations futures, au devenir de notre planète. Mais quelle maman, quel parent en général ou même quel enfant, frère, ami… est capable de sacrifier ceux qu’il aime sur l’autel de l’avenir ? Quand seul compte l’instant présent, l’égoïsme est de rigueur. Et je ne m’imagine pas que l’on puisse faire du mal à un seul de mes enfants même si on m’apportait la preuve que ce sacrifice sauverait mes descendants. C’est viscéralement impossible.

Difficile dilemme que l'on préfère ignorer tant que c'est possible. Et espérons que l'on n'ait pas à faire de choix. A moins que la nature s'en charge pour nous? Mais si elle ne le fait jamais...

J’en viens à l’idée que, parfois, les décisions les plus difficiles doivent être prises par des tiers dont les sentiments n’entachent pas le jugement.  Et que le mal peut engendrer le bien. Même si cela reste à prouver. 

A méditer…

Je n’ai pas fini de me torturer l’esprit.

#sevensisters  #planeteendanger

Seven sisters, le film qui met mes neurones en ébullition
Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Picou 03/11/2017 13:50

Il me faisait envie ce film! je le mets dans ma liste "a voir en VOD"!

Raphaëlle Hosteins 03/11/2017 14:11

Ce n'est que mon avis mais j'ai adoré! Et mes collègues et mon chéri aussi ;-)