Rencontres parents-profs: l'épreuve

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Les fameuses rencontres parents-prof. Un classique pour les parents d’ado.

Afin de respecter mon statut de maman indigne, je vous avoue que je n’ai pas été assidue jusque-là. Il faut dire, pour ma défense, que ma grande se débrouille bien et les profs ne sont pas très loquaces quand les enfants ne font pas de vagues. Et puis, les rencontres ne sont pas toujours très bien organisées. J’avais donc esquivé la corvée plusieurs fois.

Cette année, les professeurs, qui devaient en avoir marre de poireauter en attendant le parent fantôme, ont eux-mêmes coché le tableau : obligatoire. Pour numéro 1, seule la prof principale (la PP comme m’a dit le proviseur adjoint ce soir) avait exigé ma présence. Pour numéro 2… ils étaient un peu plus nombreux. Il m’a donc fallu m’armer de courage et me préparer.

Après consultation de l’avis des parents sur les professeurs qu’ils souhaitaient rencontrer, le collège nous retourne un tableau hyper précis : 7 minutes par prof. Euh… ouais… alors 7 minutes c’est trop (votre fille est sérieuse, elle participe, elle est agréable. Punkt) ou pas assez… Enfin, vous avez compris, non ?! Allez, immersion !

 

Première difficulté, trouver l’entrée. Bon, l’entrée du collège, c’est facile, j’avais trouvé. Mais elle est fermée et électriquement. Un papa sonne. On attend. On se regarde. On relit le panneau « rencontres parents-profs » dont la flèche est dirigée vers la sonnette. On resonne. On s’interroge. Je téléphone à la vie scolaire mais personne ne répond. On s’observe. On râle (qui ne râleu pas n’est pas français, hé) Et un papa décide de prendre les choses en main : il saute par-dessus le portail et essaye d’ouvrir. Non mais on t’a dit que c’était électrique !!! Et là quelqu’un sort du collège : il faut passer par le portail tout là-bas, c’est ouvert. Grrrrrrrr

Ensuite il faut trouver le panneau d’affichage pour situer les profs. Ouf, ils sont tous au rez-de chaussée. Et là commence une attente, une angoisse, des duels de regards pour évaluer la férocité du parent et deviner si tu peux lui passer devant. Non, en fait tu dis des phrases du genre « allez-y, je vous en prie ». Heureusement, les parents sont faciles à différencier du personnel enseignant puisqu’ils ont tous leur petit tableau à la main qu’ils consultent nerveusement pour vérifier une 8ème fois : 17h26, salle 4. Si, si, c’est bon.

Autant pour numéro 1 je gardais la tête haute, le regard fier et assuré, l’allure sereine et le sourire fixé comme une bravade. Autant pour numéro 2 j’étais moins guillerette. Le regard un peu fuyant, le teint terreux et les épaules affaissées. Mais non, quand même pas !. Bon, j’étais pas super tranquille mais je me tenais (aux murs) droite, prête à affronter les remarques.

Quant aux professeurs, on y voit de tout aussi. Ceux qui doivent faire patienter les géniteurs fébriles et ceux qui cherchent la maman désœuvrée, précisément mise sur la touche par le collègue : vous ne voulez pas venir me voir ? Vous l’aurez reconnue, il s’agit bien de la prof de musique. Oui ben elle a choisi sa matière hein ! Elle avait qu’à bien travailler au collège. Non, je l’ai pas dit !!! Si ?? Mais je le pensais pas… Bref.

Et il y a les professeurs sûrs d’eux dont l’autorité n’est pas discutable et ceux qui semblent être sur le point de pleurer. Comme moi. Malheureusement, ces faiblesses sont exploitées par certains élèves…

Quand c’est à mon tour, je m’assoie avec dignité. J’écoute, j’acquiesce, j’alimente. Je sais ce que l’on va me dire, je ne suis pas surprise. Quoi que… Si, je suis surprise. Même si j’ai conscience (youpi) que numéro 2 a fait des progrès dans le travail et le comportement, je suis étonnée d’entendre les profs le soulever unanimement. C’est la première remarque qui m’est faite. Je respire, je souffle. Les critiques suivent, bien entendu, mais avec bienveillance. J’apprécie.

Il en ressort que les professeurs ne sont pas nos ennemis, que l’espoir est permis mais que je suis bien contente d’en être débarrassée !!!

 

Publié dans mon quotidien de maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article