La galette: une occasion d'éduquer...et toc!

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Voilà bien un sujet d’actualité des plus brûlants (surtout quand il sort du four) : la traditionnelle galette des rois.

Je ne partirai pas dans un comparatif délirant entre la briochée et la frangipane parce que, franchement, tout le monde sait que la vraie galette est faite de frangipane !! Même si c’est vrai que la briochée est bonne aussi… mais ce n’est pas ce qui m’intéresse aujourd’hui.

On est en plein dedans alors, évidemment, on trouve de la galette à toutes les occasions. Et qui dit galette dit… fève bien-sûr ! Et qui dit fève dit… du moins quand on est parent… chamaillerie ou jalousie entre enfants. Et c’est là que j’interviens. Après discussion avec d’autres parents sur le sujet, je me rends compte, une fois de plus, que je suis un parent affreux.

Quand certains géniteurs se débrouillent pour TOUJOURS donner la part garnie au plus jeune enfant, j’ai une autre façon de fonctionner. Pour moi, mieux vaut laisser faire le hasard et apprendre aux enfants que la chance est hasardeuse et que tout ne leur est pas dû. Alors, évidemment, il y a la plupart du temps un adulte névrosé qui se sent obligé de donner la fève au minus : « oh le pôôôôôôôvre !!!! » Oui le pauvre, il apprend la vie, la frustration, le partage. Quelle dure leçon !

Et puis si le roi ou la reine est sympa, il donne sa fève plus tard au braillard et tout le monde est content. Le roi parce qu’il se débarrasse de cet objet aussi moche qu’inutile, l’enfant parce qu’il a quand même eu la fève « et ça tombe bien parce que celle-là je l’avais pas et tu veux voir ma collection ? » et moi parce que, put*** de me***, il sait maintenant que la vie n’est pas que chance et joie puérile !!

Et l’enfant ainsi frustré n’appréciera-t-il pas davantage sa chance la prochaine fois qu’il tombera vraiment dessus, s’y cassera une dent et posera sur sa tête broussailleuse la couronne plus moche encore que le petit objet source de son désir ?

Allez, pour être honnête, on a bien évité la galette cette année. J’en ai acheté une (briochée, j’avoue, je suis faible mais ils préfèrent tous la briochée chez moi), une seule, que numéro 1 a découpé sans tomber au premier coup de couteau sur cette foutue fève. Incroyable ! On tombe pourtant toujours dessus ! Une chance ! Et la chance s’est poursuivie lorsque numéro 3, par pur hasard, s’est emparée de la petite part dans laquelle se trouvait, en plein milieu, la fameuse fève (toujours moche et inutile, cela va de soi). N’est-ce pas la preuve que la chance sourit aux enfants sans qu’on ait à la forcer ?

 

Je tiens à préciser que ces faits sont exacts. Ce récit est tiré d’une histoire vraiment vrai et vécu et vous aurez qu’à demander à mes enfants si vous me croyez pas. Et toc !

La galette: une occasion d'éduquer...et toc!
Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article