Motiver un ado: le bâton ou la carotte?

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Après moults péripéties, engueulades, punitions, colles, découragements etc… au cours de son année de 6ème, et après avoir convaincu chéri de laisser une dernière chance à numéro 2 de rester dans ce collège avec ses copains, j’ai voulu prendre les choses en main en début d’année scolaire.

J’ai en effet proposé de créer un tableau des punitions. Oui, nous avons misé sur le bâton. Nous avons ainsi réfléchi, chéri et moi, à ce qu’on pouvait y inscrire et après quelques ajustements, voici ce que nous avons pondu.

 

A chaque dérapage du petit monsieur, une punition a priori juste s’applique. Quant à l’argent de poche, il dépend des notes du récalcitrant. C’est un peu la carotte (mais si, c’est une carotte !).

Pour ce qui est des TIF (travaux d’intérêt familial), c’est à la carte. Il laisse trainer une (ou deux ou trois…) serviette (s) et nous lui faisons faire ce qui nous arrange : laver la voiture, passer l’aspirateur partout… J’adoooore cette invention (de moi-même 😊).

Nous présentons le projet au fiston qui semble adhérer. Non pas qu’il soit heureux de s’imaginer puni (quoi qu’il est déjà pas mal habitué), mais les choses ainsi écrites sont claires entre lui et nous. Pas de surprise. Du moins, c’est ce qu’on imaginait…

Il a fallu pourtant ajuster très vite. On se doutait que notre tableau était perfectible mais on ne pensait pas qu’il faudrait le remettre en question dès les 2 premières semaines de cours. Eh oui, car nous n’avions par exemple pas envisager les zéros.

Zéro ??? Mais comment est-ce possible ? Ah ben oui, si tu rends pas ton devoir aussi… Du coup, chéri et moi nous regardons dans le blanc des yeux et on s’interroge. Peut-on vraiment lui donner de l’argent de poche, même soustrait des 2 euros réglementaires pour un note en-deçà de 5, s’il ramène un zéro ? Non. Non franchement, il ne nous paraissait pas opportun de récompenser même de 50 centimes cette absence totale de respect. Nouvelle règle : pas d’argent de poche du tout si tu ramènes une bulle. Ah, ok. Résigné le petit.

Une exclusion ? Oui, il a été exclu du collège pour une sombre histoire de bagarre dans la rue à laquelle il a assisté sans prévenir d’adultes. Et je peux vous dire que chéri et moi, on lui a expliqué en long, en large et de traviole le pourquoi-c’est-pas-bien-de-regarder-un-enfant-se-faire-frapper (et même s’il est vraiment pénible au quotidien et qu’il cherche sans cesse la bagarre) et quelle est sa responsabilité en tel cas. Et si ça avait été ta sœur ???

Mais notre joli tableau ne prévoyait pas non plus les exclusions. Les colles, les mots, les convocations à un travail supplémentaire, oui. Mes pas les exclusions. Alors forcément, dans l’improvisation, on l’a puni de tout en même temps.

Au final, ce tableau est parfait… en théorie. Il a le mérite d’afficher clairement les conséquences de tel ou tel acte. L’enfant est prévenu, pas surpris et ne se rebelle pas. Mais ça c’est peut-être juste le mien qui a l’air de se résigner au lieu d’essayer de s’améliorer.

Et le fiston n’a pas l’air de vouloir trop faire d’efforts. Il est donc puni de presque tout depuis le début d’année. On a même résilié son abonnement de téléphone. Echec. Sauf pour les TIF. C’est un échec aussi en ce sens qu’il ne ramasse pas plus ses affaires ou ne range sa chambre mais j’ai maintenant un ado à disposition pour certaines tâches ingrates. Et il accepte sans marmonner. Trop cool !!

Voilà, une idée intéressante à mon avis à mettre en œuvre mais qui n’aura pas suffi ici. Il n’a pas saisi sa chance. Une autre alternative est en étude…

Motiver un ado: le bâton ou la carotte?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article