Ne pas punir un enfant d'une activité familiale: bonne idée?

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Chéri et moi sommes du genre à ne pas lâcher. Notamment en éducation, si nous estimons que notre enfant doit être puni, et même si cela nous fait mal au cœur, nous le punissons. Et parfois, nous menaçons de punitions qui, nous espérons, seront dissuasives et que nous devons finalement appliquer, le cœur gros.

Cette année, il nous a fallu être inventifs pour trouver de nouvelles façons de sanctionner face à l’ampleur de la créativité de numéro 2 en matière de bêtises. Et si nous maintenons notre ligne de conduite, nous en connaissons un qui peut être puni d’à peu près tout (remarque, c’est déjà un peu le cas).

Cependant, certaines punitions pèsent sur toute la famille : pas de cinéma ou pas de sortie à vélo pour l’un… alors que nous partons tous les 4 autres. Cela nous gâche considérablement le plaisir. Et à bien y réfléchir (qui me l’a dit d’ailleurs ? Je ne sais plus mais j’ai décidé qu’il avait raison), punir un enfant d’une sortie familiale est trop pénible pour nous tous et pas franchement bénéfique. Il se sent exclu et nous, il nous manque un membre, un organe même et la famille est bancale.

Du coup, au lieu de continuer à menacer de « tu ne feras pas de ski, tant pis pour toi », nous avons choisi de laisser à la maison les soucis et de partir légers. Et bien qu’il y aurait eu matière à punir, encore, nous avons remis tout cela à notre retour (pas vivement). Je ne sais pas si c’est une bonne chose mais au moins ça nous permet de souffler un peu et de profiter ensemble.

J’ai cru que c’était une bonne idée et les vacances ont plutôt bien démarré. A part quelques sous-entendus parce que ça fait du bien de lâcher un peu de pression, nous avons occulté totalement l’école et les problèmes qui s’y rapportent. Cependant… Cependant, par hasard, chéri et moi avons découvert, en plein milieu du séjour, une nouvelle bêtise et pas des moindres. Horreur ! Malheur ! Nous sommes poursuivis. Impossible d’y échapper finalement.

Je n’ai toutefois pas envie de remettre en question cette règle selon laquelle il n’est pas (plus) question de punir d’activités familiales. Ce qui me complique un peu la tâche car il faut trouver d’autres punitions. Mais tant pis. Je ne sais pas si je fais bien mais ce qui est acquis c’est que nous avons passé une semaine presque très sympa, sans avoir l’impression de passer à côté de quelque chose et de nous gâcher la vie.

 

Ne pas punir un enfant d'une activité familiale: bonne idée?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article