Surfeuse des villes

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Chéri est un surfeur. Les enfants et moi… pas vraiment. Les grands et moi avons bien essayé en Guadeloupe, avec des conditions optimales (eau chaude, vagues gentillettes) et pourtant… rien n’y fait. Je ne suis pas faite pour glisser sur les vagues, numéro 1 n’est pas plus à l’aise et numéro 2 aimerait savoir pratiquer ce sport hyper cool mais n’a pas envie d’apprendre. Tous les espoirs de chéri se tournent vers numéro 3 qui est plutôt du genre à dire oui à tout.

Nous habitons relativement près de l’océan (1 heure de route quand même) et notre littoral est perlé de grandes et belles plages et des vagues souvent domptées par les hommes en combinaison chevauchant leurs planches colorées. Le terrain de jeu de mon homme. Mais nous avons aussi la chance, dans notre jolie ville de Bordeaux, d’avoir une vague statique artificielle dans un milieu sécurisant pour les mamans inquiètes (ou les papas ou les tatas…). Le Wave Surf Café propose en effet, en intérieur, des sessions de body et/ou de surf. Et si mes grands avaient déjà essayé (ils en sont plus fans que le surf à l’océan), chéri n’avait jamais encore amené la petite.

Renseignements pris, l’activité est ouverte aux enfants de 8 à 12 ans avec leurs parents à de rares créneaux (dimanche matin par exemple. Ah la bonne idée !). Bien que numéro 3 n’ait pas 8 ans, ils font confiance aux parents dans la mesure où l’enfant est à l’aise. Chéri a donc voulu emmener ma puce. Sans moi. Eh oh !!!! Ok, la glisse et moi, on n’est un peu en froid. N’empêche, je veux essayer. Tout simplement parce que je n’aime pas me sentir mise à l’écart et puis bon, il faut essayer, c’est tout.

Nous nous sommes donc rendus tous les trois, un dimanche matin, cours du Médoc… Les combinaisons enfilées (ils en louent pour 2 euros de plus), nous suivons sur écran les premières instructions. Franchement, je n’ai à peu près rien entendu car l’endroit est un peu bruyant. Puis nous nous présentons devant l’animateur qui nous refait le topo. Et hop, chacun sa planche de body.

Après quelques ajustements, j’ai vite pu me hisser sur mes genoux et me redresser afin de montrer à chéri que malgré mes handicaps lourds en la matière, j’arrivais un peu à quelque chose. Quant à la petite, on peut dire que c’était pour elle un jeu d’enfant.

Dans ce genre d’activités, difficile de ne pas avoir le sourire. Et quel plaisir d’être tous les 3 côte à côte et de se prendre des gerbes d’eau dans le visage !

Puis vint le moment où l’on troque le bodyboard pour une planche plus petite et plus rigide. Et on est sensé se mettre debout et tenir !!! J’ai essayé, je vous jure. Impossible de lâcher les mains du gars qui essayait lui de me convaincre : mais si, vous tenez toute seule là ! Non non non !!! J’ai tenté de maintenir un équilibre et quand il m’a lâchée, il a cru bon de rajouter : et si vous tombez, faites bien le dos rond !!!

Ah oui, ça se sont les instructions si tu tombes sur le dos. Et si tu bascules vers l’avant, il faut mettre les mains devant. Il m’a donc lâchée et je suis immédiatement tombée en avant. Et comme je suis du genre un peu tendue sur l’eau, je suis tombée sans grâce et lourdement, la nuque crispée au max. Mon cher mari m’avait promis que je ne risquais pas de me faire mal, je me suis pourtant fait mal. Pas à cause de la chute à proprement parler car le revêtement est plutôt souple, mais bel et bien parce que mes muscles étaient plus rigides que la planche.

La petite, elle, n’a pas eu vraiment de mal. Elle a lâché les mains, s’est tenue debout un moment avant de tomber. Inévitablement. Plus douée que sa maman, à n’en pas douter.

 

Avantages :

  • Il ne fait pas froid, on n’a pas besoin de monter de dunes, on ne ramène pas la plage dans ses chaussures.
  • L’ambiance est bonne et détendue, l’accueil très sympathique.
  • Si on n’est que spectateur, on peut boire un coup accoudé au comptoir. C’est aussi très pratique pour immortaliser le moment, on peut même prendre de la hauteur pour admirer sa progéniture.
  • Sans grand risque de blessures mais les genoux sont un peu douloureux, les bleus s’invitent au détour d’un conflit entre la planche et l’homme et les bras (en tout cas les miens) se transforment en pierre le lendemain et le jour d’après (oui, j’ai un peu trop forcé).
  • C’est ouvert tous les jours.

 

Inconvénients :

  • Il faut attendre son tour : pas plus de 4 sur la vague et si tu as besoin de conseils ou d’une main solide, il faut attendre que l’animateur se libère.
  • Sans réel risque de blessure (déjà dit, je sais) mais les chutes sont nombreuses et les collisions possibles. Disons qu’il faut être en bonne santé physique quand même pour y aller.
  • C’est plutôt assez très cher (24 ou 25 euros la session).

 

Il existe aussi des privatisations pour 10 personnes et des formules anniversaire pour 12 enfants. C’est cher, c’est vrai, mais ne vous arrive-t-il pas de vous demander quoi offrir à votre enfant ? Des souvenirs et de la rigolade entre copains, c’est pas mal ?!

J’y retournerai peut-être, chéri et les enfants certainement. En tout cas j’y ai passé un agréable moment. Chéri et la puce aussi: voyez son regard dans les yeux de son père!!

C’est au moins à tester ! Ca vous tente? 

Surfeuse des villes
Surfeuse des villes
Surfeuse des villes
Surfeuse des villes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article