Une journée de vacances de maman (ou à la poursuite du temps)

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Récit d’une journée de vacances d’une maman de trois enfants :
Je tiens toutefois à avouer qu’il ne s’agit pas là d’une journée typique. Heureusement, les mamans sont parfois moins occupées que ça.


 

AVERTISSEMENT

Toute ressemblance avec une vraie journée d’une vraie maman ne serait que pas pure coïncidence. Cet article est susceptible de heurter la sensibilité de certaines personnes (et notamment de jeunes femmes pas encore certaines qu’elles se reproduiront…).


C’est les vacances, deuxième jour sur trois jours (ce qui pourrait expliquer la densité de cette journée… ou pas d’ailleurs).

7 heures le réveil sonne. J’appuie sur « repeat », comme d’habitude, pour jouir de quelques précieuses minutes de repos.
7h09 le réveil re-sonne. J’allume la lumière, je soulève mes paupières, je suis lourde comme une pierre, vogue la galère…
Allez c’est parti !

 

Il faut amener les chats chez le vétérinaire. Horreur, je réalise que j’ai oublié de leur enlever les croquettes hier soir. Je vais peut-être y aller pour rien. Je me suis peut-être levé si tôt pour rien !
8h30, j’arrive chez le vétérinaire. Ouf il me dit que ce n’est pas grave et il prend quand même les chats.

Retour à la maison,
j’ai un petit peu de temps : vider le lave-vaisselle, laver la vaisselle, laver la salade (je déteste mais chéri appréciera).
9h40, direction la salle de torture : c’est l’heure de faire les retouches sur mon tatouage. Aïe,aïe,aïe, je vais souffrir mais comme m’a si justement dit numéro 1 hier, c’est un choix. OK, message reçu, je ne me plains pas.

11h20 ; je suis déjà de retour. J’ai supporté, ma journée peut continuer. J’envoie les grands acheter du pain et des fruits (c’est un des avantages d’avoir des grands enfants, on peut les exploiter) et je prépare le repas.

Midi pétante : on déjeune pour ne pas prendre de retard sur le programme.

12h45, direction une ville presque voisine pour que numéro 2 passe l’après-midi avec des copines (il a bien bossé parait-il, il faut le récompenser). Plus de 20 minutes de trajet, soit ¾ d’heure maintenant et autant en fin d’après-midi : je lui fais remarquer le temps que je sacrifie pour lui et lui dis de le noter (mentalement). Il le note : dans son téléphone (ah ben c’est bien qu’il ait un téléphone ! Ah Ah !).

13h40, retour à la maison : la copine de numéro 3 est arrivée pendant mon absence. Ben voilà.

Ah enfin, un créneau pour faire rien ! Du coup, je trie un peu mes photos sur l’ordi, traficote mon compte Pinterest (parait que c’est bien. Encore un truc qui va me prendre du temps mais bon, je teste) et commence à écrire ce formidable article que vous êtes en train de lire tout en pliant un peu de linge et en gérant les petites de loin (« vous devriez sortir prendre l’air », « non, Eva n’est pas venue pour regarder la télé », « oui, vous pouvez jouer à Just Dance… Numéro 1 !!!! Tu peux leur installer la console stp ? »)

Conclusion : c’est pas vraiment ce que j’appelle du repos mais on s’en contentera.

 

Une journée de vacances de maman (ou à la poursuite du temps)

16h : il est temps d’aller chercher les chats. Les pauvres bêtes ont été stérilisées et tatouées (ah ben c’est la journée) et Zion nous revient avec une jolie collerette. Le sac à main sur l’épaule pas tatouée, la caisse avec les 7 kilos de chats dans les bras et un petit sachet d’échantillons de croquettes sur la caisse, je m’en retourne à mon véhicule. Et je repars à la maison pour… jeter les chats à numéro 1.

Moi je ne descends mêmes pas de la voiture, je pars chez le kiné. Et j’y arrive tout pile poil à 17h.

Enfin un moment de détente dans cette journée marathon ! Quoique… il termine la séance sur un « maintenant je vais vous torturer ». Et le voilà qui appuie sauvagement sur le point sensible. Et cette fois je peux me plaindre parce que c’est pas un choix !!

Voyons… la journée est terminée non ? Non. Je saute à nouveau dans la voiture pour aller récupérer numéro 2. La route est sympa, coucher de soleil au milieu des vignes. J’hésite à m’arrêter au bord d’un pré dans lequel des agneaux tout mignons sont caressés par les rayons. Mais bon.

18h35, je suis enfin de retour et je commence à préparer le repas : c’est que j’ai 4 enfants ce soir à la maison avec la copine de numéro 3 !

19h00, une acheteuse vient chercher la commode que les enfants ont mis en vente avec enthousiasme puisque chéri leur a dit qu’ils pourraient garder l’argent de ce qu’ils vendraient. Et un meuble en moins, et des enfants ravis. Et une journée qui s’achève… presque…

Reste à terminer le repas et les corvées qui s’ensuivent et je pourrai enfin poser mon vieux derrière et attendre que chéri rentre. Et je vais peut-être trouver le temps d’admirer ma méduse !! laugh

 

Eh ben, je f’rai pas ça tous les jours !!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article