On the road... Quand la route est voyage

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Quand on s’engage dans un road trip, cela va de soi, on roule beaucoup. Et surtout aux Etats-Unis où les distances sont à la hauteur des paysages : impressionnantes !

Cela ne pourrait être qu’un détail mais quand on passe des heures dans la voiture à sillonner le pays (enfin, un petit bout du pays), mieux vaut considérer la route comme une partie du voyage et l’apprécier.

La route est une étape entre deux. On peut s’assoupir (sauf chéri bien-sûr qui pilote), on rêve les yeux ouverts, on s’étonne, on admire, on partage… On prend parfois des photos depuis l’habitacle et on s’arrête souvent.

 

 

 

 

 

 

 

 

On the road... Quand la route est voyage

Impressionnantes 

Les routes dans l’ouest américain sont incroyablement larges et longues. On peut rouler des heures en ligne droite, la route toujours visible à l’horizon avec l’impression d’être seuls : on y croise ou suit peu de véhicules. Un parcours sans fin. Une aventure en soi. Pour la première fois de ma vie, j’ai pu lire en voiture sans être nauséeuse. Pas de virages ou de côtes qui surgissent de n’importe où ! L’asphalte se déroule comme une bobine sans fin au milieu d’une carte postale.

 

A Los Angeles, on a emprunté l’autoroute urbaine : un réseau routier gigantesque pour desservir une ville démesurée. Jusqu’à 2 fois 7 voies pour la partie la plus large ! Et tu peux rouler 1 heure durant sans quitter LA. Il y a un monde fou mais heureusement, il existe, tout à gauche, 1 voie pour ceux qui ne sont pas seuls dans leur voiture. Et ce n’est pas la majorité, croyez-moi ! 6 voies pour les conducteurs non accompagnés et 1 seule pour ceux qui sont au moins à 2 : nous avancions bien plus vite que les autres !

On the road... Quand la route est voyage
On the road... Quand la route est voyage

Superbement entretenues (au moins dans les parcs nationaux)

A faire pâlir d’envie les aficionados de la conduite. Elles semblent sortir du moule, toutes neuves. Et si propres ! Les routes sont une vitrine des parcs nationaux, un passage obligatoire que les américains soignent particulièrement.

Aux abords de San Francisco, ce n’est déjà plus la même histoire. Retour à la réalité urbaine. Moins bien entretenues, les routes sont donc plus abimées mais surtout plus sales. De nombreux déchets nous font la ola, nous rappelant, si on en avait besoin, que nous nous rapprochons de la « civilisation ». Peut-être est-ce parce qu’elles sont beaucoup plus fréquentées au quotidien, ou parce qu’il y a moins de moyens engagés (les parcs nationaux sont payants…)

On the road... Quand la route est voyage

Un point de vue sur les paysages qui nous entourent :

Des routes mythiques telle la route 66 (ou en tout cas une portion de celle-ci pour notre part). Je n’en retiens rien de particulier si ce n’est le village de Williams que nous avons traversé, sans nous arrêter. Aussi typique que l’on peut se l’imaginer. Notre parcours n’incluait qu’une petite partie de cette route (et encore fallait-il faire un détour que nous avons évidemment choisi de suivre). Mais on y croise quelques Harleys… Et on immortalise l’instant.

 

 

 

On the road... Quand la route est voyage

La traversée de paysages désertiques, de décors de western, de dunes colorées (Painted Desert)…

On aperçoit Arches, Capitol Reef… Tous ces canyons que nous n’avons pas retenus dans notre parcours car l’Ouest américain en 3 semaines t’oblige à faire des choix…

 

 

On the road... Quand la route est voyage
On the road... Quand la route est voyage
On the road... Quand la route est voyage
On the road... Quand la route est voyage

Et la Highway 1 entre SF et LA. Elle longe la côte et offre de superbes panoramas. Nous en avons profité pour passer par Maverick (chéri est surfer…) et apercevoir des lions de mers, Monterrey et aller saluer les baleines. Nous avons ri au spectacle des éléphants de mers aussi moches que comiques et nous nous sommes perdus dans la contemplation de l’océan.

On the road... Quand la route est voyage
On the road... Quand la route est voyage

Bref, nous avons parcouru des milliers de kilomètres en 3 semaines et nous avons vécu ces heures avec plaisir. On the road…

Publié dans voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article