Bon ben... encore une grosse journée

Publié le par Raphaëlle Hosteins

 

Il y avait longtemps que je ne vous l’avais pas fait. Comme je suis plutôt overbookée en ce moment, ça me parait parfait pour vous narrer une journée de maman active…

6h00. Le calme de la nuit vient de voler en éclat. Je ne comprends pas. Que se passe-t-il ? C’est Imagine Dragons. Qu’est-ce qu’ils font dans ma chambre ?? Je suis flattée. Ah ben non. Je suis fatiguée. Merde, la réalité m’assaille. C’est mon foutu réveil. Je ferme le clapet de Dan Reynolds. Pour 9 minutes. Et je resombre.

6H09. Le fond de ma pensée se résume en quelques consonnes : grrrrrrppfffgrgrrrr. Je pose une nouvelle fois délicatement mon doigt sur Repeat. Je sais que c’est une erreur. Tant pis. Je reresombre.

6H16. J’ouvre un œil.

6h17. J’ouvre l’autre mais le premier s’est refermé.

6h18. Pourquoooooiiiiiii ! Je commande le silence définitif à Dan et je me redresse. Je sais que je devrais me lever, me laver et commencer ma loooongue journée. Je ne le fais pas.

Je regarde mon téléphone (c’est pas bien). Je balaye les notifications. Elles ne sont pas nombreuses. Faut dire que je me suis couchée à minuit, après l’entrainement (et l’après après-entrainement) en jetant un dernier coup d’œil à mon téléphone. Ils ne sont pas nombreux les instagrammeurs à liker la nuit. Je checke mes stories, zieute celles des autres, consulte facebook…

6h29. Je décide d’arrêter.

6h36. J’arrête. Je me lève. Je claudique jusqu’à la salle de bain (putain de tendon d’achille) et je me liquéfie sous la douche. Ça y est, mes yeux sont complètement ouverts !

Allez, c’est parti !! Réveiller la petite, m’habiller (ouais, je vais réveiller numéro 3 nue comme un ver), me lamenter devant le miroir, booster la petite, me coiffer, petit-déjeuner, mettre une machine en route (réfléchir à l’heure de programmation : là ça sera aux heures creuses ; oui mais le linge va rester mouiller longtemps dans la machine ; tant pis), préparer les papiers pour la banque, booster la petite (ben oui, ça n’a pas vraiment changé), débarrasser, me maquiller (un peu), me brosser les dents (beaucoup), rappeler à la puce de préparer son goûter, penser à ses affaires de sport, mettre un pull… Mais chausse-toi !!! On y va !!!

7h30. Départ de la maison. Je dépose l’enfant à la garderie et en bonne mère indigne, je me contente de la regarder atteindre le réfectoire depuis la voiture. Ça me fait gagner au moins… 2 minutes.

Quelques blagues douteuses de Manu du 6/9 à la radio (et je m’étonne de développer un humour lourd), un chef-d’œuvre d’Aya Kakamou (ah ben j’vous avais prévenus !), des bouchons. J’y suis enfin !

8h30. Je suis au bureau. Certains pensent que c’est le moment où je me la coule douce. Pas faux. Travailler avec sa tête, c’est relativement reposant. Mais bon, je ne vois pas le temps passer.

18h00. Je suis au bureau. Va falloir songer à en partir. Allez, on refait le chemin à l’envers sauf pour la petite qui est déjà à la maison avec la baby-sitter (yeux ronds et révoltés (pas révulsés quand même) de numéro 3 : c’est pas une BABYsitter !!!). Et je dirais que c’est à cet instant que je suis chanceuse : les devoirs sont faits ! Yes !!!

18h45. Je suis à la maison. C’est le moment idéal pour… préparer le repas. Comme je suis une maman super organisée, j’ouvre le frigo et je cherche. Tiens, des lardons ! Ma première idée est de jeter des pates dans l’eau bouillante et me régaler de pates carbonara. Avant que ma mauvaise conscience n’ouvre sa grande bouche (tellement de politesse…), numéro 3 me dit : « faut que je note sur un papier ce qu’on mange ce soir parce qu’on commence à parler de ce qui est bien pour notre corps »… Oups. Bon ben ce sera haricots verts/lardons. Elle réalise qu’elle passe à côté d’autre chose. « Mais tu fais ce que tu veux à manger, hein maman ! ». Trop tard.

19h00. Les lardons ont doré, je mets les haricots dans la poêle et numéro 3 sous la douche (non, elle y va seule, faut pas déconner).

19h08. Je suis installée à la table de la cuisine devant mon ordinateur et j’écris cet article. Je me lève pour remuer. J’écris. Je réponds à chéri. J’écris. Je jette les tomates pourries. J’écris (mais quelle concentration !)

19h35. L’inspiration m’habite. J’écris jusqu’aux crampes (c’est pas vrai du tout).

19h36. Je me dis qu’il va être temps de manger parce qu’on doit aller chercher numéro 1 et ses copines au judo. Les haricots ne sont pas du même avis. C’est qui le chef ????

19h39. Je préviens numéro 3 « On va manger !! ». M’a-t-elle répondu ? Les haricots crépitent.

19h42. Je suppose qu’elle ne m’a pas entendue. Je me décide à abandonner cet article que je poursuivrai plus tard (ce qui va me permettre de manger avant de partir et vous de ne plus subir cette décomposition du temps). « A taaaable !! »

20h05. On est large ! Numéro 3 remplit sa fiche des repas. Je l’envoie mettre un pantalon (mais pourquoi les enfants s’obstinent à s’habiller léger quand il fait frais et inversement ???) et on y va. On devrait même avoir le temps d’admirer la grande.

Merde !!! Le linge ! Tant pis, je le jette dans le sèche-linge au lieu de l’étendre et je saute dans la voiture.

Finalement on a vu juste la fin du cours et les étirements. On a quand même profité de la bonne odeur du sportif en fin de séance. On pose les copines et on rentre.

20h55. Retour à la maison. Bon ben c’était une bonne journée bien remplie. Je termine cet article et je pars me coucher. Je vais peut-être me brosser les dents avant… Bonne nuit !!!!

Bon ben... encore une grosse journée
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article