Numéro 1 a 16 ans

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Numéro 1 a 16 ans. Vous le savez. Moi aussi j’ai 16 ans. Ou du moins, c’était hier. Je me souviens bien de mes 16 ans… Enfin non, pas si bien. Mais j’ai quand même l’impression que ça ne fait pas si longtemps même si je suis maintenant plus proche du triple que du simple.

En revanche, je me souviens très bien de ma grossesse et de ma rencontre avec ma petite. Ses cheveux noirs ébouriffés, ses joues rouges, ses cris !!!! Le temps passe vite, on le sait tous et surtout quand on est parent mais alors pourquoi la Ameli n’arrête pas de me le rappeler ?

Ça fait au moins 3 fois qu’elle m’envoie un mail : ta fille est grande !! Ta fille n’est plus un bébé. Eh oh !! On se réveille ! Ta fille est une jeune femme !!

Mais euh !!!! Oui, je sais ! J’avais remarqué qu’elle faisait sa vie de plus en plus sans nous. Et que nous allions bientôt devoir prendre rendez-vous pour passer du temps avec elle. Oui, je sais qu’elle se garde seule et que, même, elle garde d’autres enfants parce que les parents voient en elle une figure mature et digne de confiance. Je sais !!!!

Et oui, j’ai bien saisi qu’il fallait lui commander une carte vitale bien à elle. J’ai compris ! J’avais déjà compris quand j’avais reçu ton pu*** de courrier !! Du genre harcelante la Améli !  Limite malveillante. Elle se délecte du désarroi parental, s’abreuve au fleuve des doléances de parents vieillissants… Ouh la ! Je crois qu’elle m’a un peu irritée.

Il faut dire que tu crois, quand tu es jeune parent, que tes enfants sont tes tout petits et qu’ils le resteront longtemps. C’est comme ça, tu ne les imagines pas aller chez la gynéco et conduire ou essayer de fumer. Non, tu te contentes de les regarder marcher à 4 pattes avec attendrissement et de te bidonner quand la cuillère rate leur bouche. Ou de les filmer se dandinant à la kermesse. Tu affiches leurs dessins moches en t’extasiant de leur talent malgré leur si jeune âge et tu les étouffes de câlins.

Tu te dis qu’ils sont loin leurs 18 ans et que tu as le temps de les voir grandir, centimètres après millimètres.

Et un jour ils ont 15 ans (ben oui, maintenant c’est 15 ans) et ils veulent conduire. Tant qu’ils en sont à prendre les cours, tu ne t’inquiètes pas. Et un jour ils sont au volant de ta propre voiture pendant que tu te liquéfies sur le siège passager et ils touchent du doigt le plaisir du contrôle et de la liberté.

Puis viennent les 16 ans et le recensement militaire s’impose. Un papier. Une formalité. Le début des emmerdes oui !!! Et c’est là qu’Ameli se pointe, la bouche en cœur, pour te signaler que ton bébé est une jeune femme qui peut prendre quelques décisions elle-même, qu’elle peut choisir de voir un médecin sans toi et qu’il est temps, puisque c’est la 4ème fois qu’elle te l’écris, que tu lui commandes SA CARTE VITALE !!!!!

L’éducation que nous donnons à nos 3 numéros a pour objectif, entre autres, de les rendre autonomes. Aussi ne suis-je pas particulièrement chagrinée de la voir se prendre en main. C’est même un peu une victoire. Je reste néanmoins une maman au cœur de guimauve qui n’apprécie pas outre mesure qu’on lui rappelle encore et encore que son aînée peut se passer d’elle.

Et si vous pensez que c’est parce que j’ai pas envie de vieillir, je peux vous dire que vous êtes pas mal dans le vrai aussi.

Enfin bref, ma fille a 16 ans. Elle grandit. Je vieillis. C’est l’histoire de la vie. Tralalahihi.

Numéro 1 a 16 ans

Publié dans billets d'humeour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article