Parcourir de longs trajets en voiture... avec des enfants

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Nous avons souvent pris la route pour de longues heures avec les enfants derrière. Evidemment, ils sont grands maintenant et c’est nettement plus simple en termes de logistique et de survie…

Mais ils ont été plus jeunes, plus dépendants, plus pénibles… Et il a fallu s’organiser pour rendre ces trajets supportables.

 

Penser à tout

Et je ne vous parlerai pas des bagages mais bel et bien de ce à quoi il faut penser dans l’habitacle.

Les doudous et tétines sont les objets à ne surtout pas oublier. Et mieux vaut trouver des astuces pour que l’enfant puisse les rattraper de lui-même s’il les fait tomber au sol. Pour l’avoir vécu… Mon premier voyage à Brest en solo avec numéro 1 (2 ans et demi) et numéro 2 (2 mois) m’a laissé un souvenir impérissable. J’avais le bébé à côté de moi et la grande derrière. « Maman, la tétine est tombée !!! ». Visiblement, la leçon sur la patience n’était pas encore assimilée. J’avais donc le choix entre la laisser beugler et me faire monter le stress au point max ou ramasser sa p*** de tétine de m***. Je me contorsionnais donc dans tous les sens, bras dans le dos, pour trouver l’objet sans perdre de vue la route… Sur un trajet de 650 km, l’occasion se représenta moult fois.

L’expérience étant la meilleure des enseignantes, j’ai très vite trouvé des moyens de ne pas revivre ce calvaire.

 

Il faut également apporter des jouets. La consigne est claire « attention de ne pas les faire tomber, maman ne les ramassera pas (c’est pas vrai, bien-sûr) et range-les au fur et à mesure dans ton sac pour pouvoir les retrouver… » C’est donc ainsi que tu te retrouves, à l’arrivée, la tête dans l’habitacle et les fesses dehors pour rassembler les jouets qui se sont cachés partout (sous le siège passager, dans les rainures du siège…)

De l’eau ou un biberon et pourquoi pas quelques bonbons en guise de récompense et pour faire patienter… Et puis ça te rappelle que tu as le pouvoir !! « Maman, on peut avoir un bonbon ???? ». « Pas tout de suite mes petites pépites d’amour (discours de la mère parfaite), patientez un peu ».

Si vous êtes du genre optimiste, pensez aussi à l’oreiller et la couverture. Une sieste peut vous sauver la vie !!! Enfin, seulement si ce n’est pas vous qui vous endormez, cela va de soi. Je me souviens que numéro 1 s’était ainsi endormie pendant le trajet… sur la rocade bordelaise… alors qu’on roulait depuis plus de 600 kilomètres !!!!!!! Oui, l’enfant nous avait fait l’affront de céder au sommeil à quelques kilomètres de l’arrivée !

Mais bon, un enfant emmitouflé bien au chaud et bercé par les mouvements du véhicule est susceptible de vous laisser quelques heures de répit. Ça se tente !

Le pare-soleil est également un des objets qui peuvent transformer un trajet-galère en trajet-croisière. Pas besoin de tendre la lange ou une serviette entre la portière et la cosy, avec l’espoir fou que ça tiendra. Et recommencer quand le soleil a trouvé le moyen de se faufiler…

 

Les installer

Si cela peut sembler évident selon le nombre et les âges des enfants, c’est plus compliqué quand ils sont trois (ou plus).

S’ils ne s’arrangent pas seuls, je prends très vite les décisions en leur expliquant pourquoi je fais ces choix-là. Pour exemple, numéro 2 voulait se placer derrière moi et râlait après numéro 3 qui y était déjà assise (numéro 1 quant à elle était déjà installée au volant… un autre sujet !!). J’ai dû trancher : numéro 2 et ses grandes jambes seraient plus à l’aise derrière sa grande sœur. Point. Ça râle un peu. Tant pis.

Sur des trajets un peu plus courts, et quand on est plus nombreux (une cousine, un copain, la mamy…venus renforcer l’effectif), il faut parfois en mettre un ou deux sur les sièges du coffre. Un véhicule 7 places offre cet inconfort. Alors qu’ils se disputaient presque au début pour y aller, ils ont vite compris qu’on était bien plus à l’aise quand on avait la place pour ses jambes. Ils se disputent donc désormais pour ne pas y aller. Et il faut trancher. On y met souvent les plus petites jambes sauf si elles sont surmontées d’un estomac fragile. Dans ce cas, il faut négocier avec les grandes gambettes et imposer des tours.

 

Les occuper

Si le paysage ne passionne pas l’enfant, si les disputes avec ses frère et sœur ne l’occupent pas suffisamment longtemps, si le sommeil ne l’a pas envahi ou qu’il s’est lassé de ses jouets pourtant préférés… il va falloir songer à lui trouver une occupation.

Pendant des années, j’ai misé sur le lecteur DVD. Il y en avait 2 pour 3, ils devaient s’arranger pour choisir le dessin-animé. Le voyage se faisant en 2 temps : une partie jusqu’à Nantes ou les alentours, une pause repas, et la fin du trajet jusqu’à Brest (ou Bordeaux pour le retour), je les faisais patienter sur la première partie. Je leur promettais qu’ils pourraient voir leur film après manger et s’ils avaient été sages. Et ça fonctionnait plutôt pas mal.

Je n'oubliais pas, après le repas et avant le film, de les faire courir sur l'aire de repos (pas sur l'autoroute, c'est source de problèmes). Et même quand ils n'en avaient pas envie, je ne leur laissais pas le choix de se dégourdir (et de se fatiguer au passage). "Allez, cours jusque là-bas et reviens". 3Encore une fois!!" Bon, j'ai des enfants assez obéissants… Sinon, reste l'option de les enfumer en les flattant ou les défiant, selon le caractère de chacun "Montre-moi comme tu cours vite!". Bref, les vieilles ruses de mamans désabusées.

Tout ça c'est bien joli, mais il y a tout de même des moments à combler sans aide de la modernité et d’autant plus aujourd’hui qu’ils sont grands et qu’on a vendu les lecteurs DVD. Je pourrais les laisser sur leurs téléphones et consoles de jeu mais je limite toujours leur utilisation. Il faut donc trouver des jeux. Et pour ça, tout le monde peut y aller de son idée.

Je vous en propose quelques-uns auxquels nous jouons.

« dans ma valise, j’ai… » et chacun doit donner un objet (ou pourquoi pas un personnage, un élément naturel… tout est possible) après avoir répéter dans l’ordre les objets cités par les joueurs précédents. Cela jusqu’à ce que l’on se trompe et que l’on soit éliminé.

Deviner ce à quoi l’autre pense en lui posant des questions ciblées

Blind tests (de musiques Disney par exemple)

Baccalauréat adapté (trouver des animaux/villes… avec les lettres de l’alphabet).

Chanter, évidemment. Très fort et très faux.

 

J’imagine que chaque famille a ses propres jeux. Quels sont les vôtres ? Vous partagez ? Si ça peut sauver des vies…

Bonne route !!!

 

PS: vous aurez peut-être remarqué qu'un des paragraphes est différent (on ne dit pas "moche" ou "bizarre", on dit "différent"). Ben je sais pas pourquoi. Maman-en-bois-qui-ne-comprend-pas-bien-la-techonologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article