Esprit de Noël, es-tu là?

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Mais où ai-je mis l’esprit de noël ?

Depuis octobre, nos boîtes aux lettres ont mangé du catalogue de noël : des jouets, de la déco, de la nourriture… à en faire une indigestion.

Depuis novembre, les plus fanatiques ont sorti leurs décos des cartons et depuis le début du mois de décembre, ça clignote dans beaucoup d’intérieurs (non mais c’est joli depuis l’extérieur !) et les rues se la pètent, tout habillées de lumières.

Il fait plus froid, les nuits sont plus longues, les enfants sont fatigués…

Bref, c’est certain, noël approche. Mais alors pourquoi je ne retrouve pas ce foutu esprit de noël ? Où ai-je bien pu le mettre ? Peut-être dans le grenier avec mes poches de guirlandes et de boules ? Ah moins que je l’aie rangé dans un tiroir ? Je ne l’aurais quand même pas jeté, si ?

Non… il n’est pas loin, c’est obligé ! Je ne peux pas l’avoir perdu à jamais !!! J’espère juste le retrouver à temps pour cette année…

 

Alors pourquoi ? Que m’arrive-t-il ?

Non, je ne suis pas dépressive. Mais alors pas du tout. Un petit coup de mou de temps en temps durant lequel je me pose les questions basiques : Qui suis-je ? Quelle est ma mission sur terre ? Pourquoi l’air est-il invisible ? Oups.

Mais je suis fatiguée. Fatiguée de courir partout pour le travail et dans ma vie personnelle. Même quand je mange, j’ai l’impression de faire un semi-marathon. Vite. Vite. Je n’arrive pas à rayer tous les items de mes listes. Les papiers s’accumulent dans le bureau, je fais les comptes à l’arrache, je vole du temps pour écrire sur le blog… Et tout ce que j’aimerais faire mais qui ne trouve pas de place dans mon agenda ! reprendre mon manuscrit, ranger le grenier, mettre en vente des objets qui squattent le couloir… Alors c’est peut-être pour ça que je n’y suis pas. Je ne me projette pas dans les cadeaux parce que je n’en ai pas le temps. Idem pour la déco…

L’envie m’a-t-elle quittée ? j’ai pourtant toujours eu plaisir à préparer cette période, à chercher La bonne idée cadeau, à imaginer le plaisir dans les yeux de l’autre, et surtout de ceux de mes enfants. Justement, mes enfants. Ils sont grands maintenant. Aucun d’entre eux ne croit encore en l’existence du gros bonhomme en rouge. Evidemment, la magie a un peu disparu. Alors c’est peut-être pour ça que je n’y suis pas… Je n’ai pas à faire des mystères, à chuchoter avec ravissement dans le dos de mes petits.

Et puis quoi ? Chéri et moi nous voyons en coup de vent (la faute au hand aussi, j’avoue) et nous avons le besoin de nous recentrer. Alors on rêve de partir, au soleil si possible, et de fêter noël à 5, loin. Pas besoin de décoration, pas de gros cadeaux à mettre en soute, pas de saumon à présenter dans les plats que tu sors 2 fois l’an. Alors c’est peut-être pour ça que je n’y suis pas. Mon esprit est ailleurs, il s’envole comme un flocon soufflé par le vent yenamarre.

 

Allez, pas de panique. Je vais bien finir par le retrouver ! Je retrouve toujours tout malgré mon côté bordélique. D’ailleurs, il parait que rien n’est perdu tant que maman n’a pas cherché. Je vais donc peut-être chercher, tout simplement. Prendre le temps d’y penser et de me souvenir. Il y a bien une petite case dans ma petite tête où se cachent les images, les cris joyeux, les embrassades et les lueurs des bougies. L’esprit de noël doit s’y trouver…

Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?
Esprit de Noël, es-tu là?

Publié dans billets d'humeour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article