Les supers pouvoirs des mamans

Publié le par Raphaëlle Hosteins

 

Autrefois, un son était un son. Tu entendais des enfants crier et tu disais simplement : ce sont des enfants qui crient, allons ailleurs. Faut dire que tu n’avais aucune obligation à supporter ça. T’as la version moins soft (plus réel ?) « Oh p***, c’est trop bruyant !! Ça saoule !  J’pourrai jamais supporter ça, j’sais pas comment y font (sous-entendu les parents, les enseignants, les animateurs et autres adultes concernés… qui eux aussi se demandent encore comment ils font). Allez, on se barre ».

Si tu entendais quelqu’un tousser, tu pensais juste : « quelqu’un tousse (perspicacité). Berk. Je vais l’éviter (instinct de survie) ». Ben il n’y avait pas de raison non plus pour que tu te frottes à des microbes. Merci bien.

 

Et puis tu es devenue maman (je te l’accorde, ça doit marcher aussi avec « papa » mais pardonnez-moi ces clichés, je suis maman, je parle en mon nom. Et toc). Et ton monde auditif s’est transformé. Ta perception des bruits s’est affinée, à ton grand désespoir parfois.


Tu peux ainsi avoir le sommeil lourd et pourtant tu entendras le moindre soupir de tes enfants. Au-travers de plusieurs portes fermées et d’un étage, malgré la brume dans laquelle tu te trouves à l’instant T, quand un petit gémissement viendra caresser ton conduit auditif, tout ton corps se mettra en alerte. Ton cerveau rallumera la machine en moins de temps qu’il n’en faut à un enfant pour sauter dans une flaque un jour de pluie. Tu te redresseras, oreille tendue, et tu attendras le prochain bruit qui viendra confirmer ou non ton impression. D’ailleurs, tout paradoxal que cela puisse paraître, tu préfèreras presque que ton enfant soit vraiment en train de pleurer et que tu t’en rendes compte sans doute aucun car en cas contraire… Si le doute persiste, tu finiras par reposer ta tête sur l’oreiller, les yeux grand ouverts. Puis tu finiras par sombrer à nouveau et c’est là ! que l’enfant gémira à nouveau.

Toujours la nuit, une toux lointaine et sourde dans une chambre dont la porte est fermée et que tu devrais à peine entendre. Cette toux t’agresse l’oreille et tu souffres telle une chauve-souris dans un concert d’ultrasons. Comme si tu avais des capteurs d’alerte dans ta bazouille qui intensifiaient chaque onde pour te la rendre à la limite du supportable.


Tes oreilles deviennent celles d’un loup ou plutôt d’une louve. Elles deviennent capables de situer le son où qu’il soit quand il s’agit de tes louveteaux. Et c’est pour ça que tu peux reconnaitre ton enfant au milieu de milliers d’autres ! Peut-être pas autant, ok. N’empêche que tu reconnais le « maman » de ton enfant au milieu des « mamans » de plusieurs autres. Un don je vous dis ! Non, un super pouvoir !!

Enfin parfois, souvent, le moindre « maman » prononcé par une voix fluette te fera tourner la tête par réflexe. Et quand, entourée de ta famille et/ou de tes amis, tu entendras un enfant crier, invariablement, l’un d’entre vous dira « c’est pas le mien ça ! ».

Tout ça pour vous dire que devenir maman permet de développer des pouvoirs insoupçonnés (oh malédiction !!!). Il y en a d’autres !

 Ce serait sympa, tiens, si tu partageais en commentaire quels supers pouvoirs tu as développés depuis que tu as mis au monde un petit être adorable… (ou pas)
 

Les supers pouvoirs des mamans

Publié dans mon quotidien de maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article