Langage d'ado

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Les « fifou », « vénère » et autres déformations de mots, je les avais.

C’était encore dans mes cordes. Une distorsion relative de la réalité du vocabulaire. Je les comprenais quoi !

 

Mais parfois, tes ados utilisent des mots ou des expressions qui te laissent pantoise (bon, par exemple, ils n’utilisent pas ce genre de vocables).

Un effet de génération sûrement. Je ne saurais pas dire, je n’ai jamais vraiment été jeune. Je suis passée d’enfant à adulte morose (non mais j’ai changé !)

 

Merci pour ce sujet Monlissou. Il m’inspirait déjà. Et c’est vrai que j’ai la chance d’avoir 2 ados à la maison. Et comble du luxe, je fais partie d’une équipe sportive dont la moyenne d’âge est 20 ans (et ça parce que une coéquipière et moi avons passé les 40 !). On pourrait se demander si à 20 ans tu es encore un ado ? C’est un autre débat. Mais là je dis OUI parce que ces demoiselles parlent comme Yaya.

 

Allez, petite immersion :

 

  • Qu’on se rassure, mesdames et messieurs d’un certain âge, le verlan a toujours sa place dans le langage des jeunes (même que je suis sûre qu’on en connait plus qu’eux !)

Le « meuf » fait de la résistance. Le « cheum » est à la mode.

 

  • Et puis se sont installés des nouveaux mots. Inventés ou détournés. Qui ne ressemblent en rien à leur synonyme ou leur définition que tu trouves, eux, dans notre cher bon vieux dictionnaire (celui en papier dont tu tournes les pages ultra fines et qui te fait réviser ton alphabet au passage).

Et quand ces mots-là sont glissés dans une phrase prononcée à la vitesse inversement proportionnelle à l’énergie d’un ado (oui, l’ado est capable de parler très vite et d’être à la fois plus nonchalant qu’un paresseux en hibernation), bah je comprends plus vraiment de quoi on cause. Pire! L’ado met parfois (souvent) plusieurs mots bizarres dans ses conversations. Alors là, tu te retrouves à tenter la traduction d’une « chanson » de Yaya Kakamou et ton cerveau bout comme jamais.

 

Le flow ? Le flot ? On parlerait ici du style. « Ouais, j’ai un bête de flow »

« Se taper des barres » : on pourrait imaginer des barres de chocolat… comme des abdos. Bon, ben on comprend maintenant bien qu’on parle de rire au point de sculpter ses abdominaux !

« Je vais te goumer », me cherche pas avec ton vocabulaire révolutionnaire des cours de récré, compris ?

 

 

  • Des mots pour des expressions. Tu crois entendre un mot que tu connais et en fait, l’ado veut dire autre chose. Et tant mieux, parce que, franchement, tu te demandes parfois ce que le mot en question fout là !

 

« La vie » (pour « La vie de ma mère » pour « j’te jure »)

« Le sang » pour « Le sang des veines » pour informer ton interlocuteur qu’il est une personne qui compte pour toi : « ça va le sang ? » (Bon, là j’avoue que j’ai plusieurs versions. Numéro 2 me dit que ça ne se dit plus. Esprit de contradiction ? Ou alors mes petites coéquipières de hand sont déjà à la ramasse ? Ça va vite bordel !! Vous vous ferez votre propre opinion avec vos ados à vous. N’hésitez pas à venir commenter ici !)

 

  • Plus difficile peut-être que de comprendre oralement : traduire leurs écrits. Une fois que tes yeux se sont habitués aux fautes et que tes larmes ont séché, il faut mettre en marche le traducteur. Car les ados adorent utiliser des abréviations hyper abrégées (pourrait-on parler d’acronymes ? Euh… c’est quoi un acronyme maman ??) :

tkt   /   nrv   /   en ft   /   pk / pcq   /   dm   /   vrmt   /   grv   /   tg

          J’imagine que vous avez compris l’essentiel…

 

Allez, on joue ? Traduisez donc :

«Tkt le sang, t’as un bête de flow. Je vais la goumer »

« En ft c grv, la meuf elle est trop cheum la vie »

 

Je vous prie de m’excuser, je n’ai pas pu m’empêcher de ne pas faire trop de fautes et d’utiliser la ponctuation. On ne se refait pas !

PS: Merci à Numéro 1 et Numéro 2 qui ont activement participé à la rédaction de cet article!

 

 

Langage d'ado
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article