Point C: Jour 2

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Jour 2 mais c’est le 1er où l’on se retrouve tous les 5 à la maison avec la certitude qu’on n’en bougera pas.

Les instructions sont plutôt limpides pour moi : je n’occupe pas un poste essentiel et je peux, a priori, faire du télétravail. Je reste donc à la maison. Pour autant, je ne vais pas trainer pour m’atteler à la saisie dès que possible et communiquer avec mes collègues et ma hiérarchie. Je sais que je suis potentiellement mobilisable pour d’autres missions (et à condition que chéri reste avec les enfants) mais ce n’est pas à l’ordre du jour.

 

Nous nous mettons en marche. Quand tout le monde est levé, on se met au travail : les grands dans le salon, moi dans la salle à manger avec la petite (bon, salon et salle à manger sont une même pièce au final, tu imagines le joyeux bazar) et chéri dans le bureau. Chéri et moi échangerons dans l’après-midi pour profiter un peu du calme (tout relatif) et du grand écran (de travail !)

 

Entre les instructions des maitresses et les incessants messages du boulot, le temps défile à toute vitesse. Il y a tant à faire pour cette 1ère matinée de confinement ! J’imagine que les jours suivants seront plus relax. Au moins côté travail. Une fois l’organisation posée et les tableaux remplis, je devrai être moins sollicitée. Quoi qu’il en soit, je ne lâche pas l’ordi. Je ne suis pas douchée. J’avale un thé rapidement. Je m’interromps pour aider… euh, gronder numéro 3 et j’y retourne encore et encore, jusqu’à avoir accompli ma mission.

 

L’après-midi s’égrène comme la matinée à ceci près que c’est chéri qui aide la petite dans ses devoirs. Installée dans le bureau, j’abats plus de travail avec plus de confort.

 

Nous partons dans ce schéma pour le moment : lui le matin, moi l’après-midi. Il sera toujours temps plus tard de revoir ce mode de fonctionnement.

 

Après le travail scolaire (faudra quand même qu’on pense à vérifier ce que fait numéro 2…), les enfants font de magnifiques créations. Heureusement, il y a des tutoriels sur internet. Heureusement, il y a internet.

 

N’est-ce pas ? Nous communiquons par whatsapp, nous nous connectons à nos postes de travail, nous faisons des recherches sur le web, les enfants reçoivent leurs instructions sur la toile aussi. Et quand les choses se tasseront, nous profiterons aussi d’internet pour nous détendre. Aujourd’hui, le téléviseur est resté éteint.

 

 

Je suis déjà restée toute une journée en pyjama, sans mettre le nez dehors. C’est beaucoup plus difficile pour chéri qui tourne comme un hamster dans sa roue, sans but. Il décide donc de partir à la boucherie d’un coup de moto et constate : très peu de monde, des masques, une atmosphère très particulière. Notre guerre sanitaire.

 

19h, je prends enfin ma douche. On s’octroie un petit apéro.

 

Fin du jour 2. La famille n’a pas (encore) implosé.

 

Publié dans covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article