Point C: jour 5

Publié le par Raphaëlle Hosteins

J’ai beaucoup de mal à me réveiller. Je n’ai jamais été du matin mais quand même… Aucune de mes nuits n’est amputée par le sport ou les levers à 6h ! Alors pourquoi ?

A chaque réveil, j’ai une impression confuse de mal-être. Je fais des cauchemars. J’en fais souvent mais en ce moment, c’est chaque nuit. Puisque je semble être affectée par les événements, je me dis qu’il faudrait que j’en parle avec les enfants. Sans nier le sujet, nous ne l’avons pas mis à plat sur la table. Il vaut peut-être mieux.

 

Les enfants se lèvent à leur tour. Ils ont mauvaise mine. J’imagine que ce sera comme ça : un jour avec et un jour sans. Ou alors des hauts et des bas dans une même journée. Comme d’habitude en fait mais en vase clos. Non seulement il faut faire avec ses propres humeurs mais en plus il faut composer avec celles des autres. Sacrée partition !

 

La journée ressemble aux autres : télétravail et devoirs. Et pour me distraire : repassage.

Professionnellement, je suis perdue. Comme beaucoup d’autres sûrement ? Je peine à trouver ma place. Je suis peu sollicitée, peu utile. Je trouve particulièrement difficile de ne plus être dans la maîtrise. L’inaction me pèse lourdement. Moi qui me posais déjà pas mal de questions, je me noie.

En fin d’après-midi, nous profitons du soleil pour une séance sportive familiale à l’extérieur. Je n’étais pas très motivée mais il faut bien bouger un peu sans quoi je risque de devenir une boule ! Alors on s’y est mis, chacun à son rythme (vidéo en une d’insta).

Après avoir dépensé quelques calories, on s’empresse d’en reprendre le double avec, d’abord,un apéro-vidéo avec nos amis et ensuite une raclette.

En guise d’activité pour digérer, nous chantons très (faux) fort dans la cuisine et je fais danser mes chaussons. Ça fait du bien de lâcher des octaves.

Et pour finir la journée : The hundred et The walking dead. Fin du monde, zombies, survie… on reste dans le thème !

Publié dans covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article