Point C: Jour 8

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Deuxième lundi, deuxième semaine.

Lundi dernier, j’étais au bureau mais il me semble que c’était il y a des mois ! C’est incroyable le ressenti « temps ». Il passe très vite et semble si long !!

On aurait pu penser que les journées s’étireraient à l’infini, que l’on aurait du mal à les remplir alors que c’est le contraire. Rythmées par les devoirs, le télétravail et les repas, c’est à peine si on trouve le temps de faire des activités autres. On fait quand même un peu de sport et j’ai fini mon puzzle. Les fournitures d’activités manuelles sont encore dans le sac, à peine touchées.

Et pourtant, nous n’avons plus les trajets, les séances de sport, les repas avec famille ou amis ! Alors, que se passe-t-il ?

J’ai ma petite idée. Nous faisons les choses plus tranquillement. Je ne me presse pas pour tout comme je le fais habituellement. On prend le temps, on en profite. Nous dormons plus (enfin, sauf chéri), les repas sont moins expédiés et même le travail est interrompu tantôt par une caresse à un chat, tantôt par une discussion entre les uns et les autres ou même par une douche qui n’aura pas été prise au réveil.

 

Ce lundi se passe donc de la même manière. En plus calme pour moi au niveau travail. Chéri commence à s’occuper sérieusement des devoirs de numéro 2 et moi plus calmement de ceux de numéro 3. On laisse numéro 1 en autonomie en espérant qu’on a raison…

 

En fin de journée, chéri m’embarque dans une séances gainage-corde à sauter. Je traine la patte et je fais ma mauvaise tête en disant que non, je ne ferai pas les 6x6 ateliers. Mais pour me motiver, j’ai enfilé un t-shirt (beaucoup) trop moulant qui met en valeur mon ventre. Ben ça motive pour se bouger le derrière !! Alors j’ai tenu jusqu’au bout. Mais je sais qu’il en faudra bien d’autres pour arriver à un résultat correct. Pas sûre de trouver la motivation sur le long terme.

 

Une journée de confinement de plus. C’est aussi une journée de confinement de moins. Une de passée. Les enfants le vivent bien. Je pense que c’est numéro 3 qui le vit le moins bien. On est sur son dos. Dur dur.

Demain est un jour un peu spécial. Ma grande aura 17 ans. Nous allons essayer de rendre cet événement agréable.

Publié dans covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article