Point C: Jour 9

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Les jours se ressemblent… mais celui-là est spécial. Numéro 1 a 17 ans ! Ma grande, mon aînée… J’avais 17 ans hier, comment c’est possible ?

La matinée s’étire comme les autres. Chéri me laisse le bureau (que je lui avais abandonné depuis plusieurs jours) et j’en profite pour remplir le dossier de réinscription de numéro 3 aux temps périscolaires de l’année prochaine. Je saisis des informations, je date, je signe… Au bout d’une bonne huitaine de pages, je me rends compte que je date au 24/03/2003. Ça me fait marrer.

Je pourrais râler sur ces dossiers d’inscription dans lesquels tu écris toujours les mêmes informations et en plusieurs exemplaires. Mais à la place, je vais saluer cette nouveauté : ils ne nous demandent pas de donner la date des vaccins mais de fournir une copie du carnet de santé. Ouf !!! Parce que, à chaque fois, je m’arrache les cheveux à savoir à quoi correspond le Pentavac ou l’Ingerix…

 

Entre devoirs et travail, la journée s’écoule comme les autres avec un petit truc en plus : ce soir on fête l’anniversaire de numéro 1. On sait que ce ne sera pas une grande fiesta mais il faut marquer le coup.

Numéro 2 fait un gâteau au chocolat. Je prépare une crème anglaise puisque numéro 1 aime ça. Et je prépare une pizza maison avec le reste de fromage à raclette. Ce n’est pas grand-chose mais ça lui fera plaisir.

 

Dans l’après-midi, je m’attaque aux comptes. Je ne m’y étais pas penché depuis début février ! Et je constate qu’on dépense quand même moins. Evidemment ! A part les courses, nous n’achetons rien. Le confinement à cela de positif : la nature reprend ses droits et notre compte fait un peu de gras. Comme moi.

 

Soirée d’anniversaire 

Je sors une banderole que j’avais gardée d’une fête précédente. On prépare un joli apéro. Je scotche les lettres en crépon qui forment le prénom de numéro 1 et que numéro 3 avait confectionnées pour sa sœur. On s’habille en bleu et on lance la vidéo avec la famille. C’est un joyeux bordel. On ne s’entend pas très bien mais on rit. On trinque, on chante pour elle et elle souffle ses bougies.

La particularité de cette soirée m’aura fait oublier le petit cadeau que nous lui avions acheté. Pas grave, elle l’aura demain !

Les grands font un shifumi avec leur oncle et tante. Puis les écrans s’éteignent au fur et à mesure. Jusqu’au dernier. La soirée est terminée. Chéri s’empresse de ranger la banderole et la décoration.

Quel souvenir gardera-t-elle de ses 17 ans ?

Je retiendrai, pour ma part, la mobilisation, la bonne volonté, l’amour. Pour ce qui est de la fête, ce n’est que partie remise.

Publié dans covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article