Point C: Jours 13 et 14

Publié le par Raphaëlle Hosteins

C’est le week-end. Il fait très beau. On est tellement chanceux !!!!

Bon, nous plus que d’autres puisque nous avons toujours l’option « jardin » pour profiter de ce soleil.

Du coup, tu sais comment sont les enfants, les miens ont décidé de (pas) profiter du soleil en restant dans leurs chambres. Mais pour la bonne cause, hein ! A l’initiative de numéro 1, ils ont tous décidé de changer la disposition des meubles. Et qu’est-ce que ça signifie ? A ton avis ? Eh oui ! Ça signifie qu’ils rangent !! Enfin, c’est l’idée, la théorie quoi. Dans la pratique, c’est, disons, moins définitif.

Chéri et moi avons donc commencé notre journée de samedi en aidant numéro 3. Oui, c’est notre bébé. Elle n’a que 9 ans… Et puis, surtout, son lit est très lourd ! On a trié, jeté, rassemblé. On a râlé, grondé, soufflé… On a fait une heureuse en sortant dans la rue la maison de la poupée Barbagirl que numéro 3 ne voulait plus et que je n’avais pas réussi à vendre avant le confinement. Une maman et sa fille nous ont demandé de loin si on la vendait et non. Non, nous l’avons donnée et la petite était ravie. J’ai trouvé ça chouette de donner le sourire à une petite fille en ces temps sombres.

Nous avons aussi aidé un peu les grands à faire des choix et de la manutention.

Tout le monde est heureux de ce changement. Ça fait du bien le changement !! Surtout après 9 ans dans la même disposition. Et surtout en ce moment…

Pendant que les enfants s’occupaient de (dé)ranger leurs chambres, chacun écoutait sa musique. 3 enfants, 3 ambiances. Ça m’a fait marrer. Je vous mets la vidéo.

 

Après ça, j’ai attaqué le jardin. Enfin, un tout petit bout. Arracher les herbes qui poussent dans les cailloux, c’est merdique comme activité. Et en plus, ça se voit à peine ! Au bout de 2 heures, j’ai posé les outils en me jurant de continuer plus tard. Un autre jour. Une autre semaine.

 

Et puis dimanche. En plus du changement d’heure, j’avais demandé à chéri de me réveiller à 8h30. Enfin, 9h30. J’avais dans l’idée de faire un footing pas trop tard. Bon, je suis partie vers 11h courir mais c’est pas tard 11h pour un dimanche !

Et j’ai couru en respectant les consignes, évidemment. Et dans les rues. Parce que tous les petits bouts de parcs sont fermés. Fini de respirer les arbres en courant. Au mieux, on peut apercevoir des mauvaises herbes qui colonisent les trottoirs. Peu importe, c’est quand même agréable de se bouger le derrière en respirant le grand air. En plus que (quoi ? ça se dit pas ?) la pollution est en confinement alors même sur les routes, on respire.

Pour me détendre, j’ai lavé le sol et j’ai tout ouvert en grand. Ouille, le printemps touche à sa fin. Il n’y a plus de saison !! L’air se refroidit et le vent se lève. Un temps à rester chez soi.

Pour nous détendre, nous avons ensuite fait un « escape game ». Numéro 2 avait eu une boîte en cadeau. Alors, j’aime le principe mais c’est un peu laborieux. Le jeu met du temps à commencer puisqu’il faut lire la mise en place, le début de l’histoire, les règles…

Ça n’a pas trop détendu numéro 3 car elle était un peu larguée et par conséquent, un peu vexée. Normal, c’est à partir de 13 ans. Quant à nous 4, nous nous sommes creusé la tête pendant 2 heures sans rien lâcher. On s’est fait un peu aider sur 2 indices qui ne se laissaient pas découvrir mais dans l’ensemble, on a assuré. C’est mon avis en tout cas et personne ne me contredira 😊

 

Naturellement, nous avons terminé ce week-end en buvant l’apéro en famille.

Le dimanche soir est un soir à part. Il clôt le week-end et annonce une nouvelle semaine (jusque-là, on est d’accord). Il signifie que chéri et numéro 2 repartent pour la semaine. Que je vais devoir à nouveau courir partout. Qu’il va falloir enchainer, travail, trajets, sport, courses, repassage, imprévus…

Alors je pourrais me réjouir que ce ne soit pas le cas ! Mais non. Ce dimanche soir m’a trouvé aussi nostalgique que d’habitude. Car on repart sur une semaine étrange où il va falloir être professeur à la place des professeurs. Nous allons continuer à compter les infectés et les morts. Nous allons travailler encore sans filet, au jour le jour. Nous allons quitter mars pour accueillir avril avec l’incertitude du lendemain.

Bref, nous terminons une semaine de confinement pour en commencer une autre.

 

Publié dans covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article