Point C: Jour 32

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Jour 1 du 2ème mois de confinement. Jour 1 de ma 43ème année.

Je me réveille avec 1 an de plus. Quelques heures de plus qu’hier et une année gagnée. J’ai 42 ans. Qui m’a volé le temps ? Comment est-ce possible ? Je le vois sur mon visage, je le sens dans mon corps et mes enfants me le disent ou me le font comprendre : j’ai vieilli. A mon insu.

J’ai pourtant compté chaque année, fêté chaque anniversaire et me voilà surprise d’avoir 42 ans. Je ne souhaiterais pas revenir en arrière. J’aimerais seulement ralentir le temps. Même en cette période de confinement, il passe si vite !!

Chéri me l’a souhaité dès le réveil. C’est donc avec le sourire et le cœur léger que je me suis levée (tôt) pour aller courir. Un peu plus de 8 kilomètres pour rappeler à mon corps que c’est ma tête qui décide.

En rentrant, j’ai rencontré mes enfants que j’ai salué de loin. Sueur oblige. Et qui m’ont répondu poliment « bonjour ». Numéro 1, quelques minutes plus tard, m’a souhaité mon anniversaire.

Puis j’ai travaillé jusqu’à midi (faut bien mériter son salaire quand même): réunion et finalisation de mon travail.

A midi, j’ai ouvert le colis que j’avais reçu la veille de ma sœur. J’ai déballé de beaux produits de beauté qui sentent très bon. Des produits du coin (Caudalie pour ne pas les citer). Ma peau va être hyper bien hydratée ! Du coup, numéros 2 et 3 m’ont souhaité un joyeux anniversaire très spontanément. Et numéro 3 m’a offert des petites choses qu’elle avait confectionnées : une sorte de dessin sans dessin, un porte-clé en bois qu’elle a peint et une bague en élastiques.

Dans l’après-midi, j’ai effectué quelques heures de travail et une réunion au cours de laquelle j’ai gardé sur la tête mon serre-tête couronne. Mes collègues m’ont chanté « joyeux anniversaire » dans un ensemble plus chaotique que ne fut le big-bang à mon avis. Pour leur défense, les visios ne sont pas idéales pour chanter en chœur. Puis, j’ai eu le bonheur de recevoir un très joli bouquet de fleurs. De la part de chéri et des enfants. Enfin, j’ai été chassée de la cuisine par numéro 2.

Et la journée s’est achevée en apéro-visio. J’ai eu le droit à un bon gâteau au chocolat et même des bougies.

 

En vérité, je ne m’attendais à rien d’autres que quelques messages. Et finalement, j’ai reçu des cadeaux, je me suis régalée d’un gâteau et j’ai reçu beaucoup de marques d’affection auxquelles j’espère avoir répondu sans oublier personne.

Ce fut un anniversaire différent mais riche. Je le fêterai peut-être plus tard. Ou peut-être pas. Il y en aura d’autres.

 

Pour la petite anecdote (« oh oui, donne-nous une anecdote !! » ok, ok), chéri m’a demandé de dresser une liste des cadeaux d’anniversaire que nous devrons faire au sortir du confinement. Oui, parce que je suis adepte des listes. Oui, parce que les anniversaires commencent à s’accumuler et qu’il faudra bien faire des cadeaux un jour.

En terminant la liste (3 noms pour le moment mais elle va très vite s’alourdir), chéri m’a dit : « et le tien ? Marque aussi le tien ! ». Quoi ? Comment ça ? Non mais oh !

Non, je n’ai pas marqué mon nom. Je n’ose pas imaginer qu’il va m’oublier, si ?

Publié dans covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article