Instagram: découverte et désillusion

Publié le par Raphaëlle Hosteins

 

Je l’utilise depuis un moment sans vraiment en comprendre les rouages. Comme la nana qui s’apprête à cuisiner et qui bute sur les termes « blanchir », « émincer »… (du vécu)

Pourtant, je vois bien que c’est le réseau qu’il faut maîtriser et certaines mamans passent de 3 abonnés à des milliers en quelques semaines. Elles ont les codes. Elles ont craqué la matrice. Elles ont compris quoi. Pas moi. Moi, je me débats toujours dans mon cocon, totalement empêtrée dans les fils, incapable d’appréhender la réalité.

 

Je cherche pourtant à sortir de cet embourbement et voici que je m’abonne à plein de comptes de mamans : il y a de jolies photos, de tendres sentiments et des échanges sincères. Il y a des vraies gens qui agissent avec justesse et respect, dans le cadre défini par l’application.

Et puis, il y a des choses plus étonnantes.

 

Il y a des comptes tout lisses, totalement contrôlés. C’est beau mais parfois fade. Et puis ça ne reflète pas la réalité. Je m’en rends compte au moment où je poste une photo prise dans l’eau. Du bleu qui avale le regard. Impossible si ton feed est rosé ou noir et blanc.

Alors moi aussi je me suis lancée dans une esthétique un peu cadrée. Une photo sur trois est en noir et blanc et accompagnée d’une petite phrase. Histoire de rendre mon compte attrayant.

Mais je n’en ferai pas plus : je ne suis peut-être pas une fille très disciplinée. Je suis surtout vraie. Et je serais bien malheureuse de devoir m’interdire quelques fantaisies de sujets et de couleurs.

 

Il y a des comptes qui veulent compter pour les autres mais ne pas comptabiliser d’abonnements. Périlleux grand écart qui consiste à avoir moult abonnés et presque pas d’abonnements. Je comprends le concept quand tu deviens un gros compte et que tu ne vas pas suivre tous ceux qui s’abonnent. Mais comment obtenir des milliers d’abonnés si tu ne suis que 12 pèlerins ? A moins d’être connu avant ?

Certaines mamans dénoncent ces manières. Et j’avoue qu’il est fort déplaisant de découvrir au petit matin que certains abonnés son partis, sans même un regard.

De la même façon, je vois ces gens qui aiment une douzaine de tes photos sans pour autant s’abonner à ton compte. Si j’aime autant de photos chez quelqu’un, je m’abonne ! C’est que le compte me plait ! Je soupçonne ceux-là d’aller à la pêche. Ils t’appâtent pour mieux te piéger sur leur compte.

 

Et puis, il y a insta, police et justice. J’ai découvert, à l’insu d’autres insta-mamans, que l’application bloque les comptes qui en suivent trop ou aiment trop de photos dans un temps réduit.

C’est toujours bon à savoir si un jour de déprime je scotche sur mon téléphone et je like des milliers de photos.

La cliqueuse folle est soupçonnée d’être un robot. Sûrement un algorithme (ne me demande pas la signification de ce mot barbare…) qui permet d’obtenir des followers à ne plus savoir qu’en faire contre une partie de ton compte en banque.

 

Mais instagram peut également bloquer des photos de nudité. Ethique me direz-vous ! Normal ! Alors oui mais bon. Une enfant de 8 ans sautant dans l’eau avec juste un bas de maillot : hop ! Retiré ! On voit ses tétons. C’est arrivé à ma meilleure amie… enfin à sa fille… enfin bref, une fillette doit porter un haut de maillot, c’est insta qui le dit. Il parait que certaines photos de femmes allaitantes ont aussi été retirées. Si c’est vrai, je m’interroge également…

Car qui n’a jamais vu de photos de poitrines généreuses ou de fessiers bombées ? (Comme je suis une blogueuse hyper sérieuse, j’ai cherché un peu avant d’écrire : l’honneur est sauf, j’ai trouvé de belles poitrines mais tétons cachés, parfois avec une croix en scotch noir… no comment)

 

 

Mais le plus embêtant, sûrement, est le temps qu’on y passe. Moyenne quotidienne: 1h24 cette semaine. Je sais qu’il y a bien pire que moi (non?) et j’ai beau expliquer à chéri qu’Instagram me permet d’être un peu visible (rapport à mon blog justement et à mon cher futur livre) et est une fabuleuse source d’inspiration (ben la preuve), il râle quand même. Oui, chéri trouve que j’y passe trop de temps. Il n’est pas content. Mais il lit mes articles alors n’hésitez pas à commenter là-dessous (enfin seulement si vous êtes d’accord avec moi, ça va de soi 😜)

 

Allez, j’arrête, j’ai des stories à poster…

 

 

Publié dans Maman blogueuse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alinette 31/05/2020 21:36

1h24 ça va c'est raisonnable (j'espère que chéri lira ce commentaire ;) en tout cas j'aime bien t'y suivre ;)

Raphaëlle 31/05/2020 21:40

Ah ah!! Merci!! Je vais m'empresser de lui montrer ton commentaire ;p

Enirtourenef 31/05/2020 08:59

Je ne me suis jamais mise à Instagram. Je serai par contre obligée de le faire quand je créerai mes podcasts. Je ne suis pas très à l'aise sur les réseaux sociaux, donc c'est une amie qui se chargera de la com'... (je triche, je sais :P). Mais toutes ces histoires d'aller à la pêche aux abonnés, etc., ne m'étonne pas du tout... c'est ça partout et sur toutes les plateformes... Aujourd'hui il y a trop d'enjeux autour du pognon qu'on peut se faire pour juste être "nature" et spontané !

Raphaëlle 31/05/2020 21:38

Effectivement, rester juste soi-même ne suffit pas. Il faut respecter les codes et jouer un certain jeu tout en restant conforme à ce que l'on est: difficile équilibre. Aujourd'hui, je suis fidèle à moi-même mais je ne perce pas.