Leurs grands-parents maternels

Publié le par Raphaëlle

Mes propres grands-parents n’étant plus parmi nous, ce sont les parents de chéri et moi qui dominent la descendance. Et comme charité bien ordonnée… ben, je vais vous parler de mes parents dans leur rôle de grands-parents.

 

Pour commencer, on sait que ce sont des grands-parents new generation puisqu’ils sont tous divorcés. Mais ce n’est pas la seule chose (heureusement) qui les distinguent de ceux d’avant.

Ils sont plus proches de nos enfants que n’étaient nos grands-parents de nous.

 

Mon papa

Mon papa est un homme discret et réservé qui n’a pas appris à exprimer ses sentiments. C’est un homme droit (même s’il a fait des petites choses de travers, comme tout le monde) et qui a des principes. On pourrait même dire qu’il est un peu buté.

Il ne provoquera jamais d’effusion de tendresse. Il n’est pas le roi des câlins. Mais il a appris, au fil des années, à écrire ses sentiments. Fierté et amour sont ce qui l’anime à l’égard de ses enfants.

Mais quel grand-père est-il ? A l’arrivée de numéro 1, il en a été gaga, comme tout le monde dans la famille. C’est la toute première née de sa génération. Alors, le jour où elle a prononcé un semblant de « papy » et qu’il en est sorti un « popy », il s’est autobaptisé de la sorte.

Mon papa est donc un popy aimant mais distant. Parce qu’il ne sait pas faire. Il aime raconter des blagues à ses petits-enfants comme il le faisait autrefois avec nous. Il aime tenir des conversations sur tout ou sur rien. Il pense toujours à leurs anniversaires et partage les repas avec nous malgré le peu de plaisir que lui procure les grandes assemblées. Et il s’arrange pour recevoir presque tous ses petits-enfants dans son petit appartement pour qu’ils puissent profiter les uns des autres.

Cette année, il avait donc 7 ados et préados dans son T1. Il s’est occupé des repas et des corvées dans le seul objectif qu’ils en profitent à fond.

 

Ma maman

Ma maman est une femme pleine de vie qui veut toujours faire plaisir à ses enfants et petits-enfants. Elle nous porte un amour sans limite et nous le dit. Elle a toujours été présente dans nos vies et nous a vus quitter la maison les uns après les autres avec grand désespoir.

Son rôle de maman lui allait comme un gant et il lui tardait de devenir grand-mère. Quand on lui a appris l’arrivée de numéro 1, elle était la femme la plus heureuse au monde.

Elle se fait appeler mamylène. Elle n’a pas attendu que numéro 1 baragouine pour trouver ce surnom. Elle y avait mûrement réfléchi. Elle a dû imaginer ses petits-enfants l’appeler comme des jeunes parents s’impatientent d’entendre le premier « papa » ou « maman ».

Ma maman est donc une mamylène épanouie quand elle est entourée de ses petits. Malheureusement, nous habitons loin l’une de l’autre. Les contacts sont souvent téléphoniques et sa voix s’éclaire chaque fois qu’elle entend celle de ses petits-enfants.

Les moments qu’elle passe avec eux sont plein de complicité. Elle joue au rami avec les grands, écoute les histoires de la petite. Elle se prête au jeu des photos et participe autant que possible aux activités que nous entreprenons.

J’ai grand plaisir à voir les ados lui expliquer comment se servir des applications de communication vidéos et à la regarder essayer et rire. Ils partagent. Ils échangent.

Ils sont heureux de passer du temps ensemble et ça, c’est une relation réussie.

 

A la différence de mes grands-parents, qui étaient pour moi si vieux et presque inaccessibles, mes parents sont aussi proches que possible de mes 3 numéros, chacun à sa manière. Ils créent des souvenirs que mes petits raconteront à leur tour à leurs enfants.

Leurs grands-parents maternels
Leurs grands-parents maternels

Publié dans Pas qu'une maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article