Ratatouille et licorne

Publié le par Raphaëlle

Ratatouille et licorne.

Quoi, c’est pas un titre ? Ben c’est le mien. En réponse à la proposition d’une instagrameuse dont l’univers semble tourner autour de ces mots. Son thème, mes mots. That’s it.

Que cela évoque-t-il pour vous ?

La ratatouille, c’est ce plat plein de légumes que les enfants auront tendance à bouder de prime abord. Moi j’aime. J’aime le plat, pas le mot. Non mais c’est pas un peu moche comme mot ?

J’avais d’ailleurs été un peu surprise que Disney donne ce surnom à un de ses héros. Un rat, oui, mais quand même.

On en arrive donc à cela : un dessin animé ; le monde fantastique des jouets qui parlent et des phacochères qui élèvent des lionceaux.  J’imagine que c’est sur ce « ratatouille » qu’elle a voulu me lancer.

 

Et la licorne ? Qui n’a pas rencontré une licorne au détour d’une panière à linge, dans une piscine ou en pendentif sur le cou délicat de sa fille ? Ben celui qui n’a pas de fille, sûrement.

 

Evidemment, je pourrais vous inventer une histoire d’amitié entre un rat et une licorne. Un truc niais à souhait et tout mignon. Mais j’ai un peu d’amour propre (et j’ai surtout envie de garder mes rares lecteurs).

Je vais donc plutôt enchainer sur la fiction dans la vie de nos enfants. Les personnages de dessins animés…

 

Un passage obligé ?

Si tu es un jeune parent ou, encore mieux, si tu n’es pas encore parent, tu as sûrement un tas de principes que tu veux appliquer à ton éducation.

Parmi eux, il y a l’un des 10 commandements « mes enfants ne regarderont point les écrans ». C’est louable, défendable, formidable… et un peu illusoire (j’avais pas de rime en -able). Je ne dis pas que c’est impossible. Et si tu vis en autarcie au fin fond d’une impasse d’une région désertique d’un pays reculé, tu as toutes tes chances. Maintenant, si tu vis au milieu des autres êtres humains hyper connectés, c’est un peu plus difficile.

Comme la tétine que tu donneras pour ne plus entendre hurler ton bébé d’amour chéri, ou la pâte à tartiner que tu achèteras sous la pression mais juste une fois hein, ou le brossage de dents que tu feras semblant d’oublier en fin d’une journée passionnante durant laquelle tu as profité pleinement de tes enfants et où ils seront tellement excités qu’ils pourraient alimenter tout un village en énergie… enfin comme tout un tas de trucs que tu feras malgré tes convictions, tu laisseras tes enfants s’abrutir devant un écran.

Tu pourras te rattraper en affirmant haut et fort que oui, tu les laisses se zombifier mais pas plus de 12 minutes par semaine.

Je te rassure, je fais partie de la team j’ai-lâché-mais-pas-tout.

 

Et pourquoi je te parle d’écrans alors que jusque-là le thème était plutôt les personnages fantastiques et la fiction dans la vie de nos enfants ? Ben parce que c’est surtout là qu’ils les trouveront.

Mais ils sont aussi dans les livres, les publicités, sur les paquets de croquettes sucrées (oui, des céréales) et dans la bouche de leurs camarades. Et même s’ils ont découvert Ratatouille en parlant avec un copain, il y a un moment où ils voudront le voir en vrai (sur un écran).

 

Et si on laissait les personnages dans l’écran ?

Oui, bien vu !!! Pas la peine d’affubler notre fillette d’une robe princesse chevauchant une licorne au pays des guimauves ou notre fiston d’un t-shirt de super héros voiture. (Oui, je fais dans les clichés sexistes)

Non mais parce que c’est quand même plus joli une jupette rose pâle ou une robe col claudine en velours orange écrasé (c’est encore à voir…). Et quel plaisir d’habiller nos bambins avec du goût (à notre goût en tout cas) ! Mais tu auras beau lutter, tôt ou tard tu trouveras dans la garde-robe de ton petit un vêtement à l’effigie de son personnage préféré. Mamy aura craqué : « ça lui fait tellement plaiiiiisiiiir ». Tu pourras même les retrouver sur un cartable ou un bonnet. Si tu gères bien, la licorne ne squattera que les petites culottes.

 

Non seulement c’est bien difficile de ne pas se laisser un peu envahir mais en plus, à mon avis, ce n’est pas souhaitable. On peut enseigner à nos enfants le bon goût, on peut leur apprendre à ne pas se laisser berner et à se démarquer. Mais ne peut-on pas aussi les laisser un peu choisir ? Même si c’est moche ? Parce qu’ils seront fiers d’arborer un chien avec un casque et de répéter en boucle les phrases cultes. Parce que c’est leur monde à eux, leurs marques de reconnaissance, leur plaiiisiiiiir (elle avait raison mamy !).

 

Heureusement, ils grandissent

Oui, ils grandissent. Leur univers change. Leurs héros sont plus mystérieux, plus violents, plus significatifs des idées qu’ils revendiquent. Certains les affichent toujours en porte-clé ou même sur un vêtement. Et s’ils ne sont pas visibles, ils sont quand même présents.

Mes 2 grands partagent une nouvelle passion pour les « animés ». Toi tu crois que je parle de dessins animés mais il n’en est rien. Il s’agit d’animés : des œuvres japonaises dont les héros ont des super pouvoirs.

Bon, en fait, on parle bien d’œuvres dessinés qui bougent sur nos écrans. Ouais, des dessins animés quoi. Mais gare à moi si j’emploie ce terme : ils me reprennent aussitôt.

Mes enfants ont donc délaissé les poneys et batman mais ils passent une grande partie de leur temps à comparer la puissance de Naruto à celle de …, je sais pas, je ne retiens pas les noms 😊

Et puis, il nous arrive encore très ponctuellement de regarder un Disney tous les 5 et très souvent de chanter des chansons de cet univers. Parce que ça fait partie de notre identité familiale et que c’est un sujet que nous maitrisons tous au même niveau.

Oui, nos enfants grandissent mais notre maison conserve un peu de la magie de l’enfance. Et c’est tant mieux.

Publié dans Ton thème, mes mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article