Noël en novembre...

Publié le par Raphaëlle

J’en connais une… oui, une, pas deux !! J’en connais une qui aime tellement noël qu’elle décorerait sa maison en octobre si sa moitié l’y autorisait.

Je la pensais unique voire bizarre et je découvre avec étonnement que les sapins de noël commencent à s’installer dans certains salons. A la mi-novembre.

Dans le même esprit, je n’avais vu aucun article d’halloween en magasin que certains rayons se paraient déjà de boules et guirlandes.

Alors, soit je n’y prêtais pas attention autrefois, soit le monde vire christmasaddict ou simplement taré. Sans jugement bien-sûr.

 

Non, vraiment, je ne juge pas mais je ne comprends pas. Je me dis que, le charme de l’installation passé, il va falloir vivre au milieu des paillettes et des barbus hilares pendant au moins 6 semaines. Ou bien plus pour ceux qui pataugent dans la noëllitude jusqu’à la fin du mois de janvier. La magie ne risquerait-elle pas de se liquéfier et de se répandre en flaque de slime nauséabond* ?

C’est peut-être parce que nous faisons partie de la team « dernière minute » que j’observe ces comportements avec la curiosité d’un paresseux qui rencontre un kangourou hyperactif… Nous, quand le compte à rebours se compte en J- et nous plus en semaines, nous nous précipitons dans les parkings de grands magasins pour trouver un sapin qui fera l’unanimité : grand et beau pour chéri, raisonnable en taille et en prix pour moi.

 

Alors donc : est-ce que c’est comme ça tous les ans ? Suis-je plus attentive cette année ? C’est possible. Je suis plus présente sur instagram et c’est là que je découvre tous ces comportements déviants… (oh la la !!! Je rigole !!! On se détend !) Peut-être ne sont-ils pas si nombreux mais même 2, ça m’étonne. Si ça se trouve, leur maison clignote 3 mois sur 12 tous les ans. Et moi, je n’avais rien vu (sûrement parce que, en réalité, je m’en fous de la vie des autres… 😊)

Ou alors, est-ce que cette année est spéciale ? Et c’est évidemment très possible aussi ! Qui prétendrait d’ailleurs que 2020 n’est pas une année spéciale ? Spécialement pourrie ? Nous en avons tous un peu gros sur le tubercule. La morosité a pris ses quartiers en mars et semble s’être bien installée. Pas près de nous quitter. Elle va même très certainement s’inviter au repas de noël. Ce sera possiblement la seule invitée. Celle qu’on aurait bien évitée plutôt. Comme la vieille tata relou qui critique tout, pince les joues et offre un billet de 5 euros avec triomphalisme ! (J’en ai pas des comme ça mais je l’imagine bien).

Enfermés dans nos chez-nous à tourner pas rond, admirant solennellement la dernière feuille colorée tomber au sol, rejoindre ses copines pour se putréfier ensemble (c’est le cycle de la vie !!!!) sous un ciel aux 50 nuances de gris… nous ne sommes pas au meilleur de notre humeur. Nos vies ont pris des reflets sombres et grinçants (oui ben si j’ai envie d’écrire qu’un reflet grince, je le fais).

Bref !!! Pour combattre cette vilaine humeur persistante, certains choisissent de sortir le sapin synthétique du grenier (ou du garage…), de souffler dessus très fort pour enlever la poussière et chasser les mauvaises ondes et d’y accrocher des décorations vives et pétillantes.  Le choix des couleurs et de la disposition permettra d’occuper les esprits d’une jolie façon ! Et puis ça fait des nouveaux sujets de dispute (ah non, pas ici, c’est trop moche !! Mais euh !!! Maman !!! Il a enlevé la boule que j’ai faite à l’école quand j’avais 4 ans !! (tu m’étonnes))

Nous, on a choisi l’apéro pour se remonter le moral… C’est sympa aussi mais un peu plus dangereux… Et puis on a commencé avant novembre…

Bref (en me relisant, je me rends compte que je l’avais déjà écrit celui-là. Bref, passons). Certains se sont donc lancés dans la décoration de noël 6 semaines avant l’événement. Pour mettre un peu de gaieté et de lumière dans cette période sombre. Et pour se rapprocher de la fin de cette année qui semble si courte et si longue à la fois.

Oui, courte dans le sens où nous n’aurons pas fait grand-chose. On pourra résumer cette année en 2 ou 3 mots dont la Covid-19, évidemment. Et longue parce qu’on ne voit pas la fin de cette pandémie et des contraintes qu’elle impose.

 

Si vous avez cédé à la tentation de déjouer la tristitude en exposant toutes vos décorations de noël dans votre salon déserté par les invités, venez donc témoigner ici ! Et dites-moi si ça fonctionne !!!!

 

*les parents de jeunes enfants et surtout de petites filles reconnaitront… Pour les autres : il s’agit d’une pate un peu liquide et très dégoutante que les enfants adorent faire glisser entre leurs doigts (une réminiscence de leur état fœtal ?) et qu’ils essaient de reproduire avec tout ce qui passe entre leurs mains (en général, le résultat est puant et collant)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maël Jouet 18/11/2020 03:04

Merci pour cet article, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://mael-jouet.blogspot.com/