Sujet sensible: le vaccin (Attention, ne lisez pas si le sujet vous chatouille de trop)

Publié le par Raphaëlle

Je m’interroge, comme souvent. J’aime me poser des questions, réfléchir, comprendre. Ou au moins essayer. Mais je comprends de moins en moins.


L’année 2021 m’a permis de lire des choses incroyables. Incroyablement affligeantes. Des commentaires fascinants sous des vidéos ou posts concernant le vaccin notamment.
Je sais que c’est un terrain glissant. Que je vais peut-être perdre une partie de mon lectorat déjà si restreint. Mais tant pis. Vraiment.
Comment rester là à vous raconter tout et n’importe quoi sans me dévoiler un peu ???

Je ne suis pas politisée. Je n’ai pas d’avis arrêté, imposé par un parti ou un groupe quelconque. J’aime me faire ma propre opinion.  Je suis simplement humaine avec des avis et un vécu. Et à ce titre, je vous le dis, je suis pour le vaccin.
Je ne sais pas de quoi il est fait même si l’information est à ma portée. Car je n’ai pas cherché tout comme je ne connais pas la composition de mon paracétamol ou du vaccin anti tétanos. Tout comme j’ignore si le chef du restaurant s’est bien lavé les mains avant de découper mes légumes.
Ce dont je suis certaine, c’est que personne n’a intérêt à me tuer ou à m’handicaper. Ce qui me caractérise, c’est la confiance que je place en mon médecin, dans le gouvernement ou même dans ma gestionnaire RH, responsable du montant de ma paye.

Je ne vérifie pas tout car je choisis de faire confiance. A tort peut-être. Mais comme je ne peux pas être experte en tout et que j’ai déjà assez à faire à gérer ma vie et celle de ma famille, je me repose sur le savoir des autres.

Si mon médecin avait émis des réserves sur le vaccin, j’aurais peut-être hésité. Mais forte de ce que je sais et de ce que je vois, j’ai décidé que me faire vacciner était la meilleure décision.

 

Je n’impose pas mon point de vue. Pas même à mes enfants avec qui la discussion est totalement ouverte. Il va de soi qu’ils sont influencés par nos choix, nos mots, mais chéri et moi ne les avons pas obligés à se faire vacciner. Comment pourrions-nous de toute façon ?

Et je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit non plus. Toutefois, j’ai mon avis et j’avoue avoir du mal à comprendre les antivax. (au-revoir à ceux qui ne se reconnaissent pas ici et qui préfèrent partir. Sans rancune. Mais peut-être pouvez-vous lire la suite ? Vous verrez qu’on peut exposer son opinion sans être dans le jugement et la dénonciation. Et vous pouvez également me laisser un commentaire à la condition qu’il soit rédigé avec respect).

J’ai du mal à les comprendre mais j’essaie de rester l’esprit ouvert. Lorsque mon collègue me dit que non, il ne veut pas se faire vacciner mais qu’il en accepte le prix, je hoche la tête. Son discours est mesuré. Il ne me traite pas de mouton, il ne me jette pas la pierre et j’en fais autant. Je le sais attentif à ce qu’il consomme en général. C’est son choix et il l’assume.

En revanche, lorsque je lis, comme très souvent, des commentaires de personnes anti-vaccin qui accusent les vaccinés d’être stupides, de croire tout, de ne pas avoir d’esprit critique et, qui plus est, d’être ceux qui mettent en danger la société… je fulmine.

Leurs discours sont très souvent des copiés-collés. Ils traitent les vaccinés de moutons mais n’en sont-ils pas ? Ils accusent les vaccinés de se faire manipuler : ne le sont-ils pas ?

Je ne sais pas qui a raison mais, bêêête mouton que je suis, je crois aux chiffres qu’on nous donne.

La plupart des personnes en réanimation, atteintes du Covid, sont des non vaccinés.

Les vaccins qui envahissent nos corps depuis nos tendres années ont quasiment éradiqué des maladies autrefois tueuses.

Les risques d’effets secondaires (thrombose ou autre) sont, en proportion, minimes. Je ne les nie pas mais j’ai lu plusieurs fois que les risques sont souvent infimes par rapport au nombre de vaccinés et par rapport aux risques provoqués par le Covid lui-même. Et mes sources sont essentiellement 2 comptes Instagram (@prgr_le_blog et @baptistebeaulieu) qui vulgarisent la science et dont les auteurs n’ont absolument aucun intérêt à manipuler l’information. Ils épluchent des études scientifiques et en donnent les grandes lignes. Ils n’accusent ou n’encensent personne. Ils exposent des faits vérifiés et vérifiables.

 

Ce que je souhaite dénoncer ici, c’est la façon qu’ont les uns de juger les autres. J’ai mon avis sur les personnes qui refusent le vaccin mais je ne les pointe pas du doigt. Et je ne les insulte pas. Le contraire est malheureusement souvent vrai. Peut-être pas en face à face dans la vraie vie (quoi que…) mais sur les réseaux sociaux, c’est flagrant.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de lire des personnes vaccinées qui mettaient en question la non vaccination, avec mesure et respect. En utilisant des termes choisis et réfléchis. En retour, ils reçoivent des commentaires désobligeants et accusateurs. Ils sont assimilés à des chiens ou des moutons. Des bêtes sans réflexion qui obéissent.

Et combien de fois ai-je pu voir circuler des images satiriques comparant les vaccinés à ces stupides animaux ? Ou à des zombies ? Les vaccinés y sont dénigrés, ridiculisés.

 

Quant au principe de liberté… Je peux comprendre qu’on accepte mal le contrôle, les obligations, l’entrave à la liberté. Mais qui est libre sur cette terre ? Qui peut profiter d’une vie en société et être à la fois totalement libre ? La liberté n’existe pas. Elle est tout du moins très relative. On le sait tous, elle se termine où commence celle des autres. Et la liberté est synonyme de choix et les choix ne peuvent être décemment faits que si on en accepte les conséquences.

 

Et puis j’entends souvent des phrases du genre : Le Covid n’est pas plus mortel que… (tu peux compléter, il y a le choix). C’est fort possible, mais il a davantage paralysé le pays que les cancers et il encombre apparemment plus les services de réanimation que les accidents de la route. Et qui n’a pas, de près ou de loin, connu quelqu’un qui souffre des conséquences du Covid, des semaines, voire des mois après l’avoir contracté ? Peut-on en nier l’existence ?
 

 

Naturellement, je me fourvoie peut-être. J’accepte de penser que je suis possiblement totalement dans le faux. Que je préfère accepter, me plier, par facilité.

Je me dis confiante. Je suis peut-être juste anesthésiée. Et ceux qui se rebellent ont peut-être compris que l’enjeu est plus grand. Que la liberté est réellement en danger. Que des heures plus sombres nous attendent.

C’est possible mais je n’y crois pas. Je pense sincèrement que le pays dans lequel je vis m’apporte plus de bon que de mauvais. Qu’il veille sur moi avec plus de bienveillance que d’autres nations. Tout n’est pas parfait, j’en suis consciente mais le pire est ailleurs. Et je ne crois pas qu’il faille mener le combat sur ce sujet.

 

Il y aurait encore tellement à dire mais je m’arrête là. J’espère que cette année 2022 rassemblera. J’espère ne plus lire la division sanglante. Et je souhaite à tous, le meilleur.

 

Je suis ouverte à la discussion. Toutefois, vous êtes ici chez moi et j’attends de vous de la mesure et du respect. Merci

Publié dans R du temps, covid-19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Coucou, je suis comme toi à ne pas juger le choix de chacun. Certains le font par conviction, d'autres parce qu'ils n'ont pas le choix, même si on dit souvent on a toujours le choix...Je suis désolée mais quand tu as des charges , une famille il n'est pas si simple de se reconvertir en un claquement de doigts alors tu y vas. Mon fils, un jeune de 20 ans beh pour lui sortir, où trouver du boulot il s'est rendu compte qu'il allait devoir y passer, moi je l'ai évité pour cause covid en août 2021 et je me suis lancée par soutien pour lui, pour pouvoir continuer à profiter même si ça ferait du bien à mon porte monnaie de rester à la maison mais juste sortir , je ne l'ai pas fait par conviction. Ma fille vient de le faire aussi sans convient mais pour son petit boy, si jamais il y aurait une urgence (a 21 mois c'est des tornades) elle pourra être avec lui. Donc oui chacun son choix, convaincu ou non Respectons nous plutôt que d'entrer dans une guerre inutile ❤️
Répondre
R
Le choix est effectivement tout relatif. Comme notre liberté. Nous avons souvent le choix/la liberté de faire ou pas, mais il y a naturellement des conditions et des conséquences à accepter.
Et nous devons prendre conscience que nos choix ont un impact également sur les autres.
Je peux comprendre qu'on ne soit pas convaincu voire même qu'on soit contre le vaccin par principe mais il faut toujours peser le pour et le contre, avec la tête et pas avec le cœur.
Et encore une fois, tu as raison, restons dans le respect!!!!
P
Bonsoir. Cela est bien dit. Je ne me perdrai pas en commentaires mais en quelques mots il faut bien admettre que la liberté est toute relative, qu'on est suivis, identifiés pour ne pas dire espionnés de tant de manières, impôts, carte vitale, internet, téléphonie pour faire bref qu'il faut bien aussi faire un peu confiance aux instances
Même s on peut avoir des avis divergents et reconnaître aussi que le malheur des uns fait le bonheur des autres ( lobbies qui tirent des profits et exploitent ) les chiffres communiqués et des noms connus victimes du COVID m'amènent à penser qu'il y a moins de risques à suivre les nouveaux protocoles qu'à croire en la mère nature salvatrice de l'humanité. C'est mon choix!!! Jean
Répondre
R
Prendre en considération les faits, les chiffres avec objectivité et ne pas laisser parler son cœur, sa rancœur, ses convictions... c'est parfois nécessaire. Mais il y a autant de vérités que d'individus sur cette terre et là où je vois des chiffres parlants, certains y voient autre chose... C'est ainsi.
En tout cas, moi, je suis convaincue qu'effectivement se faire vacciner est un moindre mal pour continuer à vivre à peu près protégés.